Tu passes ton été à Bruxelles? Quelques conseils pour ne pas péter un câble

Alex Vasey - Unsplash

On n’a tous pas l’opportunité de partir en vacances pendant les deux sacro-saints mois de juillet-août. Le sentiment de solitude peut rendre fou, alors que tu mates en angoissant les photos de plage/montagnes/plaines ensoleillées de tes potes, et il faut pouvoir y pallier. Cet été pourrait être l’occasion de redécouvrir ta ville, de t’y attacher et d’humer l’odeur du bitume brûlant en pensant “ah, quelle belle capitale.”

Les musées de ta ville tu visiteras

C’est bête, mais on a rarement le réflexe de vérifier quels musées, qui peuvent souvent être gratuits, sont dotés de clim. Se rafraîchir l’été, c’est important, et les grandes salles d’exposition savent te procurer un plaisir glacé de circonstance.

Plus sérieusement, agir comme un touriste dans sa propre ville peut se révéler surprenant. Dix ans que t’es à Bruxelles, et tu n’as jamais visité le MIMA, le Musée Belge de la Bande-Dessinée, le Musée Magritte, ou encore le Musée des Instruments de Musique? Tu passes devant cette salle d’expo tous les jours en te disant que t’iras à un vernissage un jour ou l’autre, et ça n’est jamais arrivé?

Remplis ton agenda en notant les journées gratuites, les vernissages qui t’intéressent, etc. Le même conseil se rapporte à ce cinéma de quartier qui organise des projections régulières pour pas grand chose ou les visites guidées gratuites qui peuvent être organisées.

Dans un Go-Pass tuinvestiras

Rester à Bruxelles ne veut pas dire avoir envie de s’évader. La SNCB peut être le recours à un besoin d’air, pour échapper au bitûme brûlant de la capitale. Faire un citytrip ne nécessite pas forcément de sortir du pays, et si tu as moins de 26 ans, pour 5,50€ tu peux te retrouver à Anvers, Bruges, Liège ou Ostende.

La Belgique est un petit pays, certes, mais tu peux passer d’une randonnée dans les Ardennes à un weekend sur la côte belge en quelques heures. C’est pas non plus les Pyrénées ou les Caraïbes, mais ça nourrit facilement le besoin d’exotisme.

Dans des endroits que tu connais moins tu sortiras

Tu ne vas pas continuer à faire les trois même bars tout l’été. Ok, la bière est pas chère, mais agir comme un touriste dans sa propre ville, c’est aussi savoir, parfois, se faire plaisir. Ou même essayer de rencontrer d’autres gens dans une atmosphère différente.

Passer de l’ambiance artisto-étudiante du Parvis de Saint Gilles aux afterworks un chouïa macronistes de la place du Luxembourg (et inversement), c’est brutal, certes. Mais t’as besoin d’exotisme, et c’est la meilleure manière de découvrir une nouvelle culture en plein Bruxelles.

Le bronzage tu n’oublieras pas

Être blanc comme un cul à la fin de l’été alors que tes potes se plaignent de leurs traces de maillot, c’est très peu agréable. Alors pour éviter que tu n’arbores un sourire (éclatant) gêné alors que d’autres se plaignent, fais tomber les bas collants, et n’hésite pas à te poser en maillot au parc ou sur ta terrasse.

Oui, c’est un cap à franchir si tu ne l’as jamais fait. Mais une fois le sentiment d’être un peu beauf passé, tu peux te détendre, fermer les yeux, te mettre des cris de mouette dans les écouteurs et t’imaginer aux Baléares. Rajoute une petite piscine gonflable et l’illusion se fera sans faille.

Les événements gratuitstuchercheras

Bruxelles, l’été, c’est une machine. Si dans d’autres villes où les températures au-dessus des 30 degrés sont habituelles, ici, on ne plaisante pas avec le soleil. Immédiatement, la capitale se réveille, et avec l’apparition des bermudas, les événements gratuits destinés à te faire passer un moment de qualité se multiplient. Concerts place Poelaert, Piknik électronik, Apéros Urbains et spectacles sont au rendez-vous.

La peur d’être seul.e tu affronteras

Warren Wong – Unsplash

C’est difficile de se décider à agir seul, alors que tous ses potes sont en vacances. Pourtant, il serait bête de ne pas profiter alors que le soleil brille sur les buildings et que l’été regorge d’animations. Affronter la peur d’être vu seul.e au restaurant, dans un musée, dans un concert, voire dans un festival, c’est possible.

Tu finiras même par rencontrer des gens que tu n’aurais peut-être jamais croisé, et c’est toujours un bon boost de confiance en soi que de se rendre compte qu’on est capable de s’en sortir en solitaire.

Peut-être qu’enfin, tu économiseras

Unsplash

Si tu ne pars pas en vacances, c’est sans doute que tu n’avais pas le budget. Il peut être très difficile d’économiser pour partir en vacances quand on n’a pas de quoi se faire une marge, une fois le loyer et les dépenses habituelles enlevés. Mais le fait de se retrouver deux mois dans ta ville, sans opportunité de dépenser outre-mesure, peut te permettre d’économiser et de t’offrir le voyage de tes rêves en saison basse, qui coûtera beaucoup moins cher d’ailleurs. En plus, tu auras déjà affronté la peur d’être seul.e, donc même pas besoin d’attendre que tes potes te donnent le feu vert: autant partir en solo découvrir de nouvelles cultures.

Articles sponsorisés