Left Right
scrollTop top

Journée mondiale des râleurs: 5 bonnes raisons de râler en Belgique


© EPA

Ce 28 février, c’est la journée internationale des râleurs, eh oui ça existe! Et en Belgique, Dieu sait qu’il y a des raisons de râler. Alors si tu fais partie de ces personnes qui aiment faire du boudin dans leur coin, on te donne 5 bonnes raisons de le faire sans culpabiliser dans notre beau pays qu’est la Belgique.

Une personne moyenne râle entre 15 et 30 fois par jour. C’est beaucoup mais parfois, ça fait du bien. C’est pourquoi on va t’y aider en te donnant 5 bonnes raisons de râler lorsqu’on vit en Belgique. Cela dit, si tu culpabilises toujours après ça, tu peux tenter de te lancer dans « J’arrête de me plaindre challenge » qui consiste à arrêter de râler pendant 30 jours consécutifs.

https://fr.newsmonkey.be/le-jarrete-de-me-plaindre-challenge-un-mois-sans-raler-le-nouveau-defi/

1. La politique

On te met au défi de trouver un système politique plus compliqué que celui de la Belgique. 3 régions, 3 communautés, 6 gouvernements différents, 6 parlements, la COCOF, la COCON, la COCOM, des compétences allouées à certaines institutions et pas à d’autres, les communes à facilité: c’est un véritable enfer pour s’y retrouver. Et quand en plus, on se rend compte que les Flamands et Wallons ont des cultures bien différentes, on se dit qu’on est bien dans la merde.

Et après on s’étonne qu’on est incapable de former un gouvernement fédéral. Ajoute à cela tous les scandales politiques qui ont frappé le pays comme Publifin pour ne citer que celui-là, il y a vraiment de quoi râler. Alors, va dans un café, prends-toi une bière au comptoir et lâche quelques réflexions médisantes sur la politique belge, tu risques de te faire de nouveaux amis.

2. La météo

Te rappelles-tu de la dernière fois que tu as profité du soleil? Non? Ça tombe bien, nous non plus! La Belgique a cette réputation d’être un pays où la pluie règne en maître et vu la météo des dernières semaines, difficile de contredire ce cliché. Et quand il fait dégueulasse, il n’y a rien de mieux que de râler et d’ennuyer son entourage qui tente tant bien que mal de passer outre la météo pourrie. Alors, en attendant le retour des beaux jours et des bières en terrasse, donne-t’en à cœur joie pour maudire cette météo, personne ne t’en voudra.

3. Les trains

Le réseau ferroviaire de la Belgique est plutôt bien développé: il y a des gares partout, des trains régulièrement et on peut traverser le pays en très peu de temps. Mais il y a un léger souci: les retards. Même si les retards diminuent au fil des ans selon les différents rapports de la SNCB, on se retrouve régulièrement dans des situations réalistes en allant au boulot ou en cours.

Exemple récent et personnel: un train était supprimé, tout le monde s’est rué dans le suivant. Il était donc déjà rempli dès le premier arrêt. On a EN PLUS attendu 15 minutes qu’un autre train arrive en gare pour accueillir de nouveaux passagers. Et on avait encore 4 arrêts avant d’arriver à Bruxelles, QUATRE. Le train était donc absolument bondé et là, une solidarité incroyable s’est formée: tous les passagers ont râlé en même temps. Un magnifique moment durant lequel tout le monde a pu se laisser aller en exprimant sa haine et arriver de très mauvaise humeur au boulot. Merci pour ça la SNCB.

4. Les trous dans les routes

Ce qui est bien en Belgique, c’est que les autoroutes sont gratuites. Le problème, c’est que les trous, eux, ne sont pas gratuits. Quel plaisir de défoncer nos amortisseurs en se prenant un trou à 120km/h! On parle des autoroutes mais il y en a absolument partout en fait, même à Bruxelles (voir vidéo ci-dessus).

Et surtout, on a l’impression qu’ils ne sont jamais rebouchés. Mais tant mieux car ça nous donne l’occasion de lâcher des petites réflexions comme « quel scandale ces routes, comment peuvent-ils les laisser dans cet état? » Et ça, ça n’a pas de prix. Le « ils » étant les responsables politiques, prière de se référer au point 1.

5. Les bouchons

On reste dans le monde merveilleux de la route. Les bouchons sont universels mais en Belgique, on est quand même très fort. Pour rappel, Bruxelles est la 44ème ville la plus congestionnée du monde mesdames et messieurs.

Et évidemment, comme tout le monde, tu peux faire exploser ta rage dans un embouteillage. Surtout quand tu as un rendez-vous. Frappe ton volant, tweet, fais une publication Facebook, mets la musique à fond, klaxonne ou insulte le conducteur devant toi, ça ne te fera pas avancer mais ça te défoulera. Et surtout, personne ne te jugera, à part peut-être ton fort intérieur.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…