Left Right
scrollTop top

Pour Facebook, cette photo historique n’est qu’un contenu pédopornographique. Jusqu’où va la censure?


Pour Facebook, cette photo historique n’est qu’un contenu pédopornographique. Jusqu’où va la censure?

Le rédacteur en chef d’un journal norvégien a écrit une lettre à Marc Zuckerberg pour dénoncer la censure abusive de Facebook. Le réseau étant le média au travers duquel une grosse partie de la planète s’informe, l’auteur de la lettre s’inquiète de l’info que l’on verra encore sur Facebook à l’avenir. Le rédacteur a écrit cette lettre après que Facebook ait supprimé par deux fois un article montrant une photo historique d’une victime nue de la guerre du Vietnam.

Espen Egil Hansen, rédacteur en chef du journal norvégien Aftenposten, n’aime pas la censure de Facebook. Il l’a fait savoir dans une lettre publique adressée à Marc Zuckerberg, le directeur du réseau social le plus important au monde.

La Première ministre censurée aussi!

Sa raison? Il y a quelques jours, Facebook a supprimé des articles contenant une photo historique de la guerre du Vietnam: celle où l’ont voit une jeune fille nue de 9 ans qui fuit une attaque au napalm.

L’auteur du premier post supprimé était l’écrivain Tom Egeland. Il évoquait les « sept photographies qui ont changé l’histoire de la guerre. » Son post a été supprimé et son compte suspendu.

Aftenposten a alors évoqué cette suppression dans un article, avec la photo en question, et les articles du journal norvégien ont à leur tour été supprimés de Facebook. La censure de Facebook a aussi concerné la Première ministre norvégienne Erna Solberg, qui avait aussi relayé cette photo en soutien. « Ce que Facebook fait en supprimant des photos de ce type, aussi bonnes soient leurs intentions, c’est d’éditer notre histoire commune », a-t-elle écrit sur le réseau social ensuite.

Abus de pouvoir

Le contenu de la photo a été jugé pédopornographique. Pour Hansen, c’est de l’abus de pouvoir. « Je suis inquiet de voir que le média le plus important du monde limite la liberté au lieu d’essayer de l’étendre, et que cela se produit occasionnellement de manière autoritaire, » écrit-il.

Facebook est le support au travers duquel un nombre chaque fois plus grand d’individus s’informent et la première source d’information pour une grosse partie de la planète. L’institut Pew Research a estimé par exemple que 63% des utilisateurs américains s’informaient via le réseau. Cette censure est bien évidemment problématique.

Algorithmes

Facebook a viré récemment tout le staff en charge d’évaluer la pertinence des posts et de contrôler la présence de contenus pédopornographiques. Il a remplacé ce staff par des algorithmes. Mais ces algorithmes ne différencient pas une photo historique, d’une valeur éducative extrêmement importante, des réels contenus pédophiles.

Dans sa lettre, Hansen déplore le manque de discernement des algorithmes. Plutôt que de « rendre le monde plus ouvert et connecté », ces décisions éditoriales « vont tout simplement promouvoir la stupidité et ne parviendront pas à rapprocher les êtres humains. »

Source: The Guardian, Aftenposten, Pew Research

Ces articles pourraient aussi vous intéresser…


Corona Virus Update

  • World
  • Number of
    infections
    112.405.674
  • Number of
    deaths
    2.495.400
  • Belgium
  • Number of
    infections
    760.809
  • Number of
    deaths
    21.988