Mais qui nous reste-t-il pour aller au gouvernement fédéral?

On y est. Tous les gouvernements sont formés, excepté l’irréductible fédéral. En voyant les têtes d’affiche de chaque parti peu à peu se placer dans les différents gouvernements, la question est légitime: mais qui va donc nous rester pour gérer les questions fédérales du plat-pays? Par élimination et en au vu des dernières spéculations, petit tour d’horizon des potentiels futurs ministres du futur gouvernement.

Par élimination

On sait déjà que le cdH est out depuis un bon bout de temps, tout comme le PTB et le VB côté flamand. Au vu du reste des nominations, on a dit un à un adieu à Elio et Paul au PS, Bart et Jambon à la N-VA, Wouter et Hilde au CD&V, Jean-Luc et Willy au MR, Bart et Lydia à l’Open VLD, Elke chez Groen et Alain chez Ecolo. Ne parlons même pas de Didier et Charles qui ont quitté le navire Belgique pour le paquebot européen.

Par potentiel gouvernement

Puis vient la question: de quel gouvernement devons-nous parler? Si on en croit les dernières déclarations, excluant une collaboration entre Ecolo et N-VA tout autant que PS et N-VA (encore faudrait-il que ces deux-là acceptent de discuter), tout laisse à penser que l’arc-en-ciel sera de mise au fédéral. Pour rappel, il comprendrait MR, PS, Ecolo, Open VLD, sp.a, Groen et une potentielle addition du CD&V.

Théo Francken (N-VA) ne risque pas non plus de rester là à se tourner les pouces, mais bien d’être chef d’opposition face au gouvernement sans son parti, accompagné de Sander Loones (N-VA).

Ce qui nous laisse:

Ainsi se retrouve-t-on avec une large photo de classe disparate, avec un potentiel Alexander de Croo (Open VLD) en Premier ministre. Pourquoi? Car avec un gouvernement minoritaire flamand, il faudra bien compenser, comme ça a été le cas dans le gouvernement Michel (MR).

Comme on le voit, il reste bel et bien quelques têtes d’affiche au sein des différents partis. De là à savoir s’ils seront bel et bien au gouvernement fédéral, il faudra s’armer de patience. L’heure n’est malheureusement qu’aux spéculations.

Articles sponsorisés