La Belgique, dernier pays de l’UE à interdire la vente de cigarettes aux mineurs: contrôles dans les magasins annoncés

Blanco y Negro/Sire Records

À partir du 1er novembre, les mineurs ne seront plus autorisés à acheter des cigarettes, du tabac à rouler, des e-cigarettes et autres produits de tabac. La limite d’âge passe ainsi de 16 à 18 ans. La Belgique est le dernier pays de l’UE à interdire la vente de cigarettes aux mineurs, de même que certains Länder autrichiens. Cependant, la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) n’est pas en faveur de cette mesure.

Le service de lutte antitabac se rendra dans les magasins situés à proximité des écoles juste après les heures de classe et pendant la pause déjeuner après les vacances de la Toussaint.

Lorsqu’une personne qui semble jeune achètera des produits de tabac, on lui demandera de fournir une preuve d’identité. Si les acheteurs ont moins de 18 ans, le commerçant se verra infliger une amende d’au moins 200 euros. Unizo a réagi avec mécontentement dans les journaux Mediahuis, car les commerçants seront les premiers lésés, selon l’association des entrepreneurs.

N-VA et Open VLD, une tension fumeuse

epa

La Belgique a été le premier pays d’Europe à mettre sur les paquets de cigarettes des images répugnantes de toutes sortes de maladies liées au tabagisme. Au fil des ans, cependant, notre pays a manqué quelques trains et a été dépassé par des pays comme la Pologne et la Roumanie, qui ont relevé à 18 ans l’âge minimum pour la vente de cigarettes.

Le projet de loi, qui interdit aux jeunes de 16 et 17 ans d’acheter des cigarettes à partir du 1er novembre, a été déposé par An Capoen, députée de la N-VA, et a reçu le feu vert de la Chambre des représentants par une large majorité en avril dernier. Capoen a également souligné que la Belgique, en dehors de quelques États autrichiens, était le seul pays de l’UE où les mineurs pouvaient encore acheter des produits du tabac.

L’idéologie libérale de De Block

Remarquable: bien que tous les partis politiques luttent pour une société aussi saine que possible – dans laquelle les gens fument le moins possible – l’Open Vld s’est abstenu lors du vote sur la proposition N-VA. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) s’est toujours opposée à une telle interdiction pour des raisons idéologiques.

“Fumer est très nocif. Personne ne devrait fumer. Mais je ne pense pas que ce soit au gouvernement de dire aux gens comment vivre. On peut fumer soi-même, mais on ne peut pas forcer les autres à fumer avec soi-même”, a déclaré la ministre libérale dans les journaux Mediahuis.

L’Open Vld s’étant abstenu, les nationalistes flamands ont décidé de ne plus donner de victoire aux libéraux. Les députés de la N-VA, qui étaient déjà dans l’opposition au niveau fédéral à l’époque, se sont abstenus de participer à la proposition de l’Open Vld d’interdire de fumer dans les voitures en présence d’enfants de moins de 16 ans au début de cette année. Toutefois, cette proposition a également été adoptée.

Une fausse joie dans l’industrie du tabac

L’industrie du tabac a réagi avec enthousiasme à l’interdiction de vendre des cigarettes aux mineurs dans divers médias. Cependant, l’Institut flamand pour une vie saine réagit dans les journaux Mediahuis en disant que “l’industrie du tabac espère simplement que cette mesure restera la même, car elle n’a pas un si grand impact”.

Auparavant, le prix d’un paquet de cigarettes – et plus tard aussi du tabac à rouler – a été considérablement augmenté afin de décourager le tabagisme, en particulier chez les jeunes.

Articles sponsorisés