Weeder, le “Uber du cannabis”, débarque à Bruxelles mais la justice compte bien vite le dégager

Weeder, le “Uber du cannabis”, débarque à Bruxelles mais la justice compte bien vite le dégager

Weeder débarque à Bruxelles et ça ne plaît pas à la justice. Il faut dire que cette application propose aux consommateurs de cannabis de se mettre en relation, histoire de se “dépanner” en cas de problème. Et vu que la consommation de cette drogue est interdite en Belgique, pas sûr que ses utilisateurs puissent bénéficier très longtemps de cette app…

Avec Uber, tu peux rapidement rapidement trouver quelqu’un qui te propose un trajet en voiture si tu es en galère. Avec Weeder, c’est presque pareil, sauf que les gens te proposent de te “dépanner” en cannabis, une drogue dont la consommation ou la détention est, rappelons-le, interdite par la loi en Belgique…

Outil idéal pour… les dealers

Pourtant, il est maintenant possible d’utiliser Weeder à Bruxelles maintenant. Après Nantes, Lyon, Bordeaux et Paris en France (où le cannabis est aussi considéré comme hors-la-loi), c’est au tour de la Belgique d’être ciblée par les créateurs de l’application, disponible seulement sur iPhone.

Sur Weeder, il suffit de créer un profil pour ensuite pouvoir entrer en contact avec d’autres consommateurs de cannabis. Sur une carte, tu peux voir qui est le plus proche de toi pour te “dépanner”. Bref, l’outil idéal pour les dealers a priori…

La justice s’en mêle

Mais pas sûr que Weeder reste longtemps accessible en Belgique. Le parquet de Bruxelles a rapidement réagi suite à l’arrivée de cette application et “envisage diverses réponses spécifiques et adaptées à cette problématique dans le cadre de sa mission quotidienne de lutte contre le trafic de stupéfiants, et notamment contre le trafic de rue”, a-t-il fait savoir dans un communiqué. Pour résumer, les rêves de conquête de Bruxelles de Weeder risquent vite de partir en fumée…

Weeder

Articles sponsorisés