Left Right
scrollTop top

Tu l’as sans doute remarqué sur ta facture: les prix des télécoms en Belgique sont encore parmi les plus chers d’Europe


© Isopix

Ce n’est pas un secret, les tarifs des télécommunications en Belgique font partie des plus onéreux d’Europe. Si beaucoup s’accordent sur ce point, aucune solution ne semble encore se profiler à l’horizon.

En cette rentrée 2021, l’association de consommateurs Test-Achat dresse un tableau peu reluisant de notre plat pays en matière de télécommunications : les prix appliqués en Belgique sont parmi les plus chers d’Europe. Un constat qui n’a rien de nouveau, de nombreux consommateurs en sont déjà arrivés à la même conclusion, mais une petite piqure de rappel ne fait pas de mal, surtout si cela permet de faire bouger les choses. Malheureusement, le chemin à parcourir semble encore semé de nombreuses embuches.

Test-Achat s’est en effet réuni avec différents acteurs du secteur, « dont la ministre des Télécommunications Petra De Sutter, l’autorité de régulation des télécommunications (IBPT), l’organisation du secteur Agoria et Citymesh-Cegeka, un acteur existant sur le marché B2B avec des ambitions claires vers le consommateur », pour discuter des prix des télécommunications en Belgique. Tous se sont accordés pour dire que les tarifs étaient trop élevés pour l’utilisateur. Malheureusement, aucune solution ne s’est démarquée au cours de la discussion.

Les tarifs plus avantageux chez nos voisins

L’association de consommateur s’est penchée sur les tarifs appliqués chez nos pays voisins. En moyenne, un abonnement internet coûte environ 30% plus cher en Belgique que chez nos voisins. Une différence qui prend de l’ampleur lorsqu’on compare les offres groupées. Ainsi, un abonnement comprenant Internet, la télévision et la téléphonie fixe revient en moyenne à 73 € chez nous. Un abonnement similaire coûte 32% moins cher en Allemagne et jusqu’à 59% moins cher en France.

En ajoutant les forfaits mobiles, l’abonnement passe à 98 € pour 2 cartes SIM et à 127 € pour 4 cartes SIM. La France fait beaucoup mieux avec un abonnement moyen à 54 €, mais la Belgique n’est pas la plus chère ici. Les opérateurs hollandais font en effet pire avec un abonnement à 99€ en moyenne.  

Une concurrence limitée

L’une des raisons avancées pour expliquer cette situation est que les opérateurs de télécoms sont plus nombreux chez nos voisins. Cela permet de favoriser une guerre des prix favorable aux consommateurs. Pour rester compétitifs, les opérateurs de télécoms n’hésitent pas à brader leurs prix ou à proposer des promotions plus longues pour le plus grand bonheur des consommateurs.

L’arrivée d’un quatrième opérateur de réseau mobile en Belgique pourrait faire la différence, même si cela signifie une augmentation significative de la consommation d’énergie et la densité de rayonnement. Une solution qui ne semble d’ailleurs pas à l’ordre du jour. La ministre des Télécommunications est en effet restée plutôt vague à ce sujet.

Un bon rapport qualité-prix

Les participants au débat ont tout de même nuancé les conclusions de Test-Achat, soulignant que si les abonnements étaient aussi élevés c’est parce que notre pouvoir d’achat est supérieur à celui d’autres pays européens. De plus, la qualité des services explique également en partie les tarifs appliqués en Belgique. C’est en tout cas l’argument défendu par Agoria, soutenu par la ministre De Sutter.

Des arguments qui sont pourtant loin de faire l’unanimité. Test-Achat souligne en effet que, dans de nombreux autres pays européens, les volumes de téléchargement sont beaucoup plus élevés que chez nous et sont pourtant proposés à des prix plus attractifs que ceux appliqués chez nous. Une chose est sûre, la Belgique a encore du retard en matière de télécommunications et de concurrence.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…