Après SpaceX, Amazon va aussi envoyer une armada de satellites en orbite autour de la Terre

ISOPIX

La Commission fédérale des communications a approuvé ce jeudi le projet d’Amazon. Avec sa constellation Kuiper, l’entreprise prévoit l’envoi de 3.236 satellites en orbite pour fournir un accès à Internet. Cette approbation marque une étape décisive pour l’entreprise, qui pourra lancer ses satellites  dès que ceux-ci seront prêts. 

‘Amazon prévoit d’envoyer les satellites à trois altitudes différentes et elle affirme qu’elle n’a besoin que de 578 satellites en orbite pour commencer’, a déclaré la FCC (Federal Communications Commission) en annonçant l’approbation du projet. 

Amazon a déclaré qu’elle investirait ‘plus de 10 milliards de dollars’ dans le projet Kuiper. L’entreprise n’a pas encore dévoilé le nom du fournisseur avec lequel elle prévoit de placer ses satellites en orbite. On sait pourtant que Jeff Bezos, le PDG de Amazon, est propriétaire de la firme aéronautique Blue Origin mais cette dernière devra rivaliser avec d’autres sociétés. 

La moitié d’ici 2026

L’approbation de la FCC n’est assortie que de quelques réserves. Amazon doit lancer la moitié de la constellation d’ici 2026 pour conserver sa licence FCC, puis les autres satellites d’ici 2029. Amazon doit également soumettre à la FCC un plan sur la manière dont elle va atténuer les débris orbitaux, puisque la conception des satellites n’a pas encore été finalisée. 

Bien que l’entreprise se soit engagée à retirer ses satellites placés en orbite au bout de 355 jours, la FCC affirme qu’Amazon n’a pas ‘fourni des informations spécifiques ’ pour son plan de réduction des débris. Un problème de taille persiste en effet  dans le cadre de ce type de projet: les collisions occasionnées par l’afflux des satellites génèrent des débris qui pourraient menacer  le bon fonctionnement d’autres satellites. 

Une connectivité à grande échelle

Amazon fait partie d’une poignée d’entreprises qui ambitionne de créer une constellation de satellites en orbite à grande échelle pour fournir une connectivité plus large sur Terre. Parmi ses concurrents, SpaceX, qui a reçu l’approbation de la FCC pour lancer près de 12.000 satellites dans le cadre de son projet Starlink. À ce jour, SpaceX a déjà lancé plus de 500 satellites Starlink et prévoit d’entamer sa phase de tests bêta cet été. 

De son côté, l’entreprise OneWeb, basée au Royaume-Uni, espère également bâtir une constellation de 650 satellites et en a déjà lancé 74. La société a déposé son bilan cette année. Elle a néanmoins récemment renfloué ses caisses grâce aux donations d’un consortium dont le Gouvernement britannique et la société de télécommunications indienne Bharti Global font partie.

Avec Kuiper, Amazon affirme ‘pouvoir offrir des services de pointe aux consommateurs mal desservis mais aussi aux entreprises américaines et aux clients du monde entier’, peut-on lire dans le document d’approbation de la FCC. Le géant du numérique a aussi fait savoir que le projet profiterait aussi aux opérateurs de réseaux mobiles pour le déploiement de la 5G et d’autres services dans de nouvelles régions.

Articles sponsorisés