Trump aimerait s’acheter un nouveau terrain de jeu: le Groenland

epa

Oui, Donald Trump est en train d’envisager la possibilité de racheter le Groenland. Pas à son compte mais celui des États-Unis.

Le Groenland, c’est quatre fois la taille de la France pour 56.000 habitants. Un gigantesque espace presque vierge qui défraie souvent la chronique récemment pour la fonte de ses glaces.

Selon le Wall Street Journal, Donald Trump aurait demandé à ses conseillers à la Maison-Blanche de se renseigner, et ce, à plusieurs reprises. La raison? Outre la probable volonté du président américain de marquer le coup, le Groenland est soupçonné d’abriter de nombreuses ressources naturelles.

Le Groenland et ses ressources

Le réchauffement climatique ouvre de nouvelles perspectives dans cette région du monde. Longtemps, les industriels ont cru en son potentiel au niveau des hydrocarbures, mais les concentrations se sont révélées trop faibles pour être exploitables. Par contre, le Groenland est souvent décrit comme la potentielle 3e réserve mondiale d’uranium. Il abriterait également la 2e réserve de terres rares après la Chine. On y retrouverait tous les métaux précieux nécessaires à la construction de smartphones ou de batteries.

Problème, le Groenland appartient toujours officiellement au Danemark. Trump devra donc le convaincre ainsi que les 56.000 habitants qui auront sans doute leur mot à dire.

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis font les yeux doux au Groenland. En 1867 déjà, les États-Unis ont envisagé son achat. En 1946, le président Harry Truman avait même proposé 100 millions de dollars. Offre refusée par Copenhague.

À quand une Trump Tower parmi les Esquimaux?

Articles sponsorisés