Left Right
scrollTop top

Tomorrowland n’aura probablement pas lieu, à moins que…


Tomorrowland
© Christophe Ketels/Isopix

Tomorrowland 2021 est en sérieux danger. Lors du dernier comité de consultation, le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé que les grands événements pourraient à nouveau avoir lieu dans la seconde moitié du mois d’août, mais les bourgmestres de Boom et de Rumst, où se déroule Tomorrowland, ne sont pas d’accord.

Les festivaliers ont reçu de bonnes nouvelles du comité de consultation il y a quelques semaines. À partir du 13 août, les festivals pourront accueillir jusqu’à 75.000 visiteurs. C’était à priori une bonne nouvelle pour le Pukkelpop et Tomorrowland, au contraire des festivals francophones qui ont lieu pour la plupart d’entre eux au mois de juillet. Le Pukkelpop se déroule lui à la fin du mois d’août chaque année et l’organisation de Tomorrowland a décidé plus tôt cette année de reporter l’édition 2021 au dernier week-end d’août et au premier week-end de septembre.

Tomorrowland

Tomorrowland devait avoir lieu les week-ends du 27 au 29 août 2021 et du 3 au 5 septembre 2021 à De Sterre à Boom. Mais les bourgmestres de Boom et Rumst, Jeroen Baert (N-VA) et Jurgen Callaerts (N-VA), y mettent désormais un terme. Les festivals doivent toujours demander un permis à la commune où se déroule l’événement. Mais Tomorrowland n’obtiendra pas ce permis.

Lors d’une conférence de presse, les deux arrondissements ont défendu leur décision. Selon eux, il n’existe actuellement aucun cadre juridique fédéral clair pour l’organisation du festival. Par conséquent, seules les manifestations comptant un maximum de 400 visiteurs peuvent être organisées pour le moment.

Les bourgmestres s’inquiètent également de la situation épidémiologique. Ils ont contacté des experts qui ont estimé qu’il n’était pas sûr de permettre au festival d’avoir lieu. Ils craignent principalement la propagation du variant delta du coronavirus.

Enfin, selon les autorités communales, il est impossible de contrôler tous les visiteurs. Pour l’instant, les entreprises privées ne sont pas autorisées à le faire, ce qui signifie que cette tâche incomberait à la police. Il est à craindre que ce contrôle ne prenne beaucoup de temps et que, par conséquent, beaucoup de personnes se pressent à l’entrée du festival. Sans parler du coup pour les communes.

« Nous espérons surtout pouvoir accueillir Tomorrowland en 2022, dans les mêmes conditions qu’en 2019 », fait écho Callaerts, le bourgmestre de Rumst. « Mais cela arrive trop tôt cette année : il n’est pas sage de laisser se dérouler un événement de cet ordre. Le risque épidémiologique reste très élevé, même à la fin du mois d’août. »

Tomorrowland : « J’espère que les maires changeront d’avis »

Dans une réponse à Het Laatste Nieuws, Debby Wilmsen, porte-parole de Tomorrowland, déclare que la nouvelle est un coup de massue. « Nous voulons avant tout organiser un festival sûr, et il apparaît maintenant que cela ne pourra pas se faire. C’est une décision au goût très amer. Nous espérons vivement que nous pouvons encore aller de l’avant et que les bourgmestres changeront encore d’avis. Ils nous ont indiqué que la prochaine étape pourrait être le Conseil d’État, mais pour l’instant, nous devons digérer tout cela. Nous devrons attendre et si cela ne fonctionne pas, on essayera de l’organiser encore cette année.

Le Premier ministre Alexander De Croo a également défendu l’organisation du festival. Selon lui, il devrait être possible d’organiser des festivals sûrs avec 75.000 participants d’ici la fin du mois d’août. La campagne de vaccination bat son plein, de sorte que le risque à la fin du mois d’août serait suffisamment faible pour permettre la tenue de grands événements.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…