Sur Instagram, Roméo Elvis fait son mea culpa et calme le jeu sur les polémiques

EPA

En 2017, Roméo Elvis dérapait lors d’un freestyle chez Skyrock et il l’a payé très cher sur les réseau sociaux. Le rappeur bruxellois est même allé jusqu’à supprimer son compte Twitter. Longtemps enfermé dans le silence, Roméo s’est finalement excusé sur son compte Instagram.

Tout commence en 2017 dans les studios de Skyrock. Roméo Elvis, accompagné de ses potes de L’Or du Commun s’adonne à une session freestyle. Et là, c’est le drame. Roméo se lance dans un couplet un peu limite où il légitimait l’utilisation de termes comme “négro” ou “pédé”.

Des rimes qui ne sont absolument pas passées et qui ont fait vivre un enfer au rappeur bruxellois. Harcelé et insulté sur les réseaux sociaux, Roméo Elvis avait même supprimé son compte Twitter pour se protéger de ce “shitstorm”.

Garorock

Quasiment deux ans plus tard, au début du mois de juillet 2019, Roméo Elvis pétait de nouveau un plomb sur la scène du Garorock, un festival français. Entre deux morceaux, il s’était lancé dans un discours étrange où il demandait d’arrêter de poster des messages homophobes sur internet tout en traitant les homophobes de pédés. Difficile à suivre.

Les internautes pointaient du doigt son manque de remise en question et estimaient qu’il oubliait qu’il était désormais une personnalité importante dont les paroles ont énormément d’influence. Mais on dirait bien que finalement, Roméo a compris.

Excuses sincères

Alors, ce jeudi, Roméo Elvis s’est sincèrement excusé sur Instagram dans un long post partagé à ses followers. Il explique que son équipe de management lui avait conseillé de garder le silence et de laisser les choses couler. Il n’a pas pu s’y résoudre.

“Ce jour-là, j’ai fait l’erreur de penser que c’était une évidence pour tout le monde, que ma voix n’avait pas de poids, que ce serait anecdotique…”, écrit le rappeur sur Instagram en parlant de son freestyle chez Skyrock. Après ses excuses, il explique ce qui l’a poussé à lâcher ce couplet polémique: “Je veux propager un message positif, encourager les gens à être ou à devenir ce qu’ils sont et non pas créer des polémiques (…) Je suis l’ennemi du racisme, de l’homophobie et de l’intolérance comme toute personne sensée sur cette foutue planète.”

Suffisant pour redorer son image? Pas sûr mais ces excuses sont toutes à son honneur et on retrouve beaucoup de commentaires positifs sous la publication. C’est déjà ça.

Articles sponsorisés