San Francisco devient la première ville américaine à interdire la vente de cigarette électronique

epa04857395 A promotional model uses an e-cigarette to lure customers and visitors at the 'Vape China Expo' at an exhibition center in Beijing, China, 23 July 2015. While health benefits of e-cigarettes and vapor products are largely still undetermined and up for argument from many sectors, the market for these products are reportedly growing around the world. EPA/ROLEX DELA PENA

Les épais nuages de fumées qui s’échappent dans le ciel de San Francisco vont se faire plus rares. La ville californienne est en effet la première ville américain à interdir la vente des cigarettes électroniques, pour des raisons de santé publique.

Aux États-Unis et partout dans le monde, la cigarette électronique compte de nombreux adeptes. Un peu trop pour les membres du conseil municipal de San Francisco qui a décidé d’interdire purement et simplement la vente de ces appareils pour des raisons de santé publique.

Ainsi, tout commerce vendant des e-cigarettes doit obtenir l’aval de la FDA, l’agence sanitaire fédérale pour continuer ses activités. Sauf que pour le moment, la FDA n’a approuvé aucune demande. Les commerçants ne respectant pas la nouvelle loi s’exposent à une amende de 1.000 dollars.

“Les cigarettes électroniques sont un produit qui, selon la loi, ne peut être commercialisé sans un examen de la FDA. Pour une raison quelconque, la FDA a refusé jusqu’à maintenant de respecter la loi”, estime le procureur de San Francisco, Dennis Herrera.

Possession autorisée

Mais attention, cette nouvelle loi ne concerne que la vente de cigarette électronique et de tabac aromatisé. Il est bien entendu toujours légal de vapoter dans les rues et parcs de San Francisco. Mais voila, les vendeurs de cigarettes électroniques vont devoir trouver une reconversion car à partir de début 2020, leurs activités seront illégales.

Cette ordonnance est motivée par des statistiques officielles qui montrent que le nombre de jeunes Américains utilisant des cigarettes électroniques a augmenté d’un million et demi en 2018. Car oui, c’est surtout la santé des jeunes qui inquiète car de 2011 à 2018 la proportion de vapoteurs dans les lycées est passée de 1,5% à 20,8%. C’est qui est plus drôle, c’est quand l’état de Californie, le cannabis est légalisé à des usages récréatifs. On arrive donc à une situation où à San Francisco, il est légal de vendre de la weed mais pas des clopes électroniques. Du jamais vu.

Effets sur la santé inconnus

Il est important de rappeler qu’on ne connait toujours pas les effets de la clope électronique sur la santé, du moins pas précisément. Les e-liquides contiennent de la nicotine (même si il en existe sans) et il reste aussi d’autres substances présentes dans la cigarette classique. Les effets à long terme de la cigarette moderne sont donc toujours à l’étude même si selon les fabricants, elle apporte un réel bénéfice pour la santé. Dire le contraire serait bête de leur part.

Le texte de loi adopté par San Francisco permettra donc, en principe, de préserver les plus jeunes de la nicotine qui “peut endommager un cerveau en développement” et “aussi augmenter le risque d’une future dépendance à d’autres drogues”. De la prévention donc mais qui fait un peu tâche dans un état où la weed est en vente libre.

Articles sponsorisés