Money Monster et sept autres films que vous devez voir au mois de mai

Money Monster et sept autres films que vous devez voir au mois de mai

En mai, regarde ce qu’il te plaît. Et si tu n’as pas d’idée, voici huit films qui t’en donneront beaucoup. Il y en a pour tous les goûts: du français, de l’animation, du polar, de l’amour et de la grosse comédie. Popcorn?

1. Angry Birds (11 mai)

Voici Red! Red vit sur une île et il est toujours super vénèr, pour tout un tas de raisons. Alors, il casse des trucs, puis il essaie de surmonter sa colère. Jusqu’au jour où des cochons débarquent sur l’île et… le film nous expliquera enfin pourquoi ces oiseaux qui nous ont accompagnés durant de longues après-midi sont toujours en colère. À regarder en famille, ce film est réalisé par Clay Kaytis et Fergal Reilly. Le doublage français sera fait par Omar Sy et Audrey Lamy. Que du bonheur!

2. Sisters (11 mai)

Sorte de Projet X pour les trentenaires, Sisters réunit deux sœurs dans la maison de leur enfance pour faire la fête jusqu’au bout de tout. Non, mais vraiment jusqu’au bout de TOUT. Rien n’y résiste: soutiens- gorge, murs, voitures, tatouages, blagues graveleuses, dragues lourdingues… Tous les éléments sont invités pour faire une bonne comédie décomplexée à l’américaine dirigée par Jason Moore. Dans la peau des deux sœurs, on retrouve Tina Fey et Amy Poehler, qui ont dirigé ensemble le Saturday Night Live pendant deux ans. Du lourd, quoi!

3. Money Monster (11 mai)

90 minutes de suspens pour se percuter avec l’actualité: Gates (George Clooney) est un présentateur-vedette qui fait le malin à la télé jusqu’au jour où un mec (Jack O’Connell) le prend en otage avec un flingue et un gilet de bombes. Le public fuit, les forces spéciales débarquent et la showrunner (Julia Robert) est obligée de retransmettre tout ce quil se passe en direct. Devant des millions de téléspectateurs, bien sûr… Une réflexion mouvementée sur le rôle des médias, réalisée par Jodie Foster.

4. Ma Loute (11 mai)

Ici, nous sommes dans le Nord de la France, au bord de la mer, en compagnie de Fabrice Luchiniiiiiii et de Juliette Binoche. C’est l’été, les bonnes familles se promènent et les pêcheurs du coin mènent leur vie. Mais d’étranges disparitions vont bouleverser ce train-train pour se transformer en une farce burlesque. C’est là que Ma Loute, fils de pêcheurs locaux, va s’amouracher de Billie Van Peteghem, fille des riches bourgeois. Cette comédie dramatique est signée Bruno Dumont (le mec derrière Petit Quinquin pour ceux qui regarde ARTE) et elle promet beaucoup, beaucoup, beaucoup…

5. The nice guys (15 mai)

Disco, flingues, nana, moustache, 70’s, meurtres, bastons… Le Los Angeles du réal Shane Black a l’air d’être un endroit parfait pour celui qui aime les explosions, les blagues sur la baston, l’humour viril, Russel Crowe et Ryan Gosling. Les deux zouaves sont deux détectives privés qui enquêtent sur le meurtre d’une starlette avec des méthodes pas trop trop conventionnelles, si vous voyez ce que je veux dire. Bref, les deux lascars découvrent qu’en fait, cette histoire dépasse largement le soi-disant suicide de la starlette.

6. X-Men Apocalypse (18 mai)

Chaque fois plus grand, chaque fois plus impressionnant, chaque fois plus fort, la série X-Men a pour objectif de nous en mettre plein la vue et ça marche à chaque fois. Le dernier opus traverse les époques, survole la planète et nous mène jusqu’au bout du réel: l’apocalypse! Et en plus, on retrouve une sacré brochette de belles gueules, ce qui n’est pas pour nous déplaire: Michael Fassbender, Jennifer Lawrence et Sophie Turner (Sanza dans Game of Thrones <3 <3 <3). À la réalisation, on retrouve Bryan Singer, qui était déjà là pour les précédents X-Men.

7. Julieta (18 mai)

Aucune actrice vraiment très connue pour ce retour de l’espagnol Pedro Almodovar mais, comme à son habitude, des plans très colorés, du détail et des relations compliquées. Alors… Julietta doit quitter Madrid quand elle tombe sur Bea, une amie d’enfance de sa fille Antia. Julieta espère alors pouvoir revoir sa fille pour lui faire des révélations sur son passé. Mais on dirait que ce ne sera pas si simple. Avec son extrême sensibilité, Almodovar creuse du côté de la culpabilité et de la maternité pour questionner le rapport mère-fille.

8. Elle (25 mai)

Isabelle Hupert est Michèle, une directrice d’entreprise qui mène sa boîte de jeux vidéo d’une main de fer. Un jour, elle se fait agresser chez elle par un inconnu cagoulé. Quand elle décide de le retrouver, le film prend une tournure sombre: sexe, vengeance et violence. Paul Verhoeven, on lui doit quelques films d’actions comme Robocop ou Starship Troopers. Sa patte de réal associée à la théâtralité française de Huppert, de Laurent Lafitte et de Virginie Efira, on est curieux de voir ce que ça va donner!

Articles sponsorisés