Left Right
scrollTop top

L’incertitude grandit autour du Pukkelpop: le festival aura-t-il lieu cette année?


© Festival – foto: Marin Driguez/SIPA/Isopix

Les inquiétudes grandissent concernant le Pukkelpop depuis que les chiffres des contaminations du Covid-19 augmentent. Les organisateurs du festival restent confiants et optimistes mais le variant Delta pourrait ruiner tous leurs plans.

Des derniers jours, le nombre d’infections au Covid-19 augmente en Belgique. Et le 19 août prochain, le festival Pukkelpop est censé ouvrir ses portes pour accueillir quelque 66.000 festivaliers.

D’ailleurs, c’est aujourd’hui que commence la mise en place du festival à Kiewit près de Hasselt et ce malgré les chiffres peu rassurants de l’épidémie. Le festival est programmé du 19 au 22 août prochain.

« Etat policier »

La Belgique veut introduire le « Covid Safe Ticket » à partir du 13 août prochain. Si tu souhaites assister à des évènements tels que le Pukkelpop, tu devras présenter ce fameux ticket. Pour l’obtenir, il faut être vacciné (les deux doses) depuis au moins 14 jours ou présenter un test PCR négatif.

Mais tout cela ne rassure pas vraiment les experts. « Il faut envisager que des personnes infectées soient sur place » a ainsi déclaré ce lundi le virologue de Sciensano Steven Van Guch à VRT NWS. Autrement dit, il faut se préparer au fait que certains festivaliers falsifient leur test PCR pour assister à tout prix au festival.

Le Comité de concertation se réunira de nouveau ce vendredi. Van Gucht espère le moins d’assouplissements possible. « Surtout maintenant où nous ne savons pas jusqu’où ira l’augmentation actuelle. Évidemment, personne ne veut un retour en arrière au niveau des restrictions mais il ne faut pas tourner autour du pot à un moment où les chiffres augmentent de nouveau ».

De son côté, le virologue néerlandais Ab Osterhaus a déclaré dans De Morgen que le Pukkelpop entrainerait sans aucun doute de nouvelles infections. « Nous savons qu’environ 10% des jeunes qui se retrouvent à l’hôpital devront faire face à des conséquences à long terme. La question est la suivante: doit-on vivre dans un état policier et l’accepter ? C’est aux politiciens de prendre cette décision. »

« Créer une zone de sécurité »

Le bourgmestre de Hasselt, Steven Vandeput (N-VA), reste confiant et pense que le festival pourra se dérouler en toute sécurité. Il reste tout de même lucide: « En fin de compte, nous devons attendre et nous conformer à ce que décidera le Comité de concertation », a-t-il déclaré durant l’émission De Morgen sur Radio 1.

« Nous travaillons dur en collaboration avec l’organisation du festival pour faire en sorte que les contrôles qui devront avoir lieu soient correctement organisés. Le but étant de créer une zone de sécurité à l’intérieur du festival » a ajouté le bourgmestre.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…