La raison pour laquelle Netflix passe son temps à annuler ses séries

Red Hastings, CEO de Netflix - Getty Images, 2016

Netflix passe son temps à annuler des créations originales, qui ont bien du mal à survivre après plus de trois saisons. La raison? Une arrivée en force de concurrence. Mais cette stratégie semble oublier que les abonnés pourraient abandonner le payant et retourner au torrent.

Tu te rappelles quand le monde avait crié au scandale à l’annonce de l’annulation de Sense 8 par Netflix, la série-événement des soeurs Wachowski? C’était il y a déjà deux ans et à l’époque, personne ne pouvait imaginer l’hécatombe qui allait s’abattre sur Netflix.

Entre Tuca & Bertie et The OA, les abonnés oscillent entre incompréhension et énervement. Mais quelque part, l’annulation de séries de la part de Netflix n’est plus un phénomène si étrange. Designated Survivor, One Day At A Time, Santa Clarita Diet, Girlboss, Friends From College, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire… On peut compter une trentaine de séries annulées avec à peine 1 à 3 saisons maximum au compteur.

Les premières seront les dernières

Les seules qui soient encore debout parmi les créations originales Netflix sont en général les premières à avoir vu le jour. Orange Is The New Black et House Of Cards ont, par exemple, eu droit à une belle longévité et une conclusion logique, contrairement à l’annulation abrupte réservée aux séries citées plus haut.

L’autre résistante à l’abattage Netflix, c’est bien entendu Stranger Things. Malgré une troisième saison en demi-teinte, critiquée mais appréciée, la bande des pré-ados de Hawkins a comptabilisé 40,7 millions de foyers dès son démarrage. Un record d’audience pour la plateforme de SVOD.

Ces deux “types” de survivants illustrent bien la nouvelle stratégie de Netflix. Aujourd’hui, contrairement à ses débuts où cette nouvelle méthode de production révolutionnait la manière de créer et de consommer du contenu sériel, Netflix cherche à attirer de nouveaux abonnés avec du contenu mainstream, qui fonctionne à balle.

À la recherche du prochain Stranger Things

Finies, les séries qui rassemblent une petite communauté soudée et impliquée: pour combattre la concurrence rude qui s’annonce, Netflix a besoin de mastodontes à la Stranger Things. Ce n’est pas pour rien que les deux show runners de Game of Thrones viennent de signer un contrat chez eux ou que Martin Scorcese et Quentin Tarantino débarquent. Pour attirer de nouveaux utilisateurs, il faut de la matière.

Netflix ne cherche plus à fidéliser les abonnés actuels. Une petite trahison pour les spectateurs de longue date, qui souffrent au final eux aussi de l’arrivée de Disney + (et son combo ESPN/Hulu), HBO Go et toute la myriade de plateformes qui débarquent prochainement sur les Internets.

Netflix perd de l’argent et des abonnés pour la première fois depuis 2011: 130.000 ont décampé pendant le deuxième trimestre de 2019. On comprend dans quel état de panique ils se retrouvent, mais pas sûr que leur nouvelle stratégie fonctionne.

Ce que les plateformes semblent oublier

Il y a une autre variable que tous semblent oublier, qu’il s’agisse de Disney ou Netflix: à force de proposer une rangée d’offres qui peuvent coûter très cher accumulées, le streaming illégal prépare son grand retour. C’est même déjà le cas, d’après le rapport de 2018 du Global Internet Phenomena Report, réalisé chaque année par la Sandvine.

Durant le premier semestre de 2018, 31% de la bande passante montante (propre aux “uploads”, la bande passante descendante étant propre aux “downloads”) était utilisée pour diffuser des contenus illégaux via le protocole BitTorrent. Un chiffre en hausse pour la première fois depuis 2011, alors que les plateformes de contenus étaient persuadées d’avoir tué le téléchargement illégal.

Alors, qui gagnera dans les stratégies du streaming? L’annulation à la recherche du mainstream de Netflix, le mercato impressionnant de Disney… ou le retour aux sources avec le Torrent, inaliénable?

Articles sponsorisés