Left Right
scrollTop top

La face cachée des vêtements bon marché: 10 choses que tu ignores sur la « fast fashion »


© Isopix

La fast fashion est extrêmement bon marché. Et cela présente pas mal d’inconvénients. Un côté obscur se cache derrière cette industrie. L’année dernière, une montagne de vêtements jetés à l’extérieur de la capitale ghanéenne, Accra, a produit tellement de méthane qu’elle a explosé.

La fast fashion signifie littéralement: la mode rapide. Nous vivons dans une société où nous nous lassons rapidement de nos vêtements. Nous voulons de nouvelles tenues plusieurs fois par saison.

Nous vous énumérons ici 10 faits étonnants sur cette industrie.

1. Un vendeur de rue a lancé le géant Boohoo.com

Boohoo.com (Photo: Xavier Collin/Image Press Agency / Spl/Splash News/ISOPIX)

Abdullah Kamani vendait des sacs à main dans les rues dans les années 1960 après avoir émigré du Kenya vers le Royaume-Uni. Il s’est ensuite tourné vers usine textile et a fourni des magasins tels que H&M, Topshop ou encore Primark à partir des années 1990, avec des vêtements incroyablement bon marché.

Kamani a secoué le secteur de la vente au détail dans ses fondamentaux. En 2006, son fils Mahmud et sa partenaire commerciale Carol Kane ont commencé à vendre des vêtements en ligne sur Boohoo.com. Résultat: des vêtements encore moins chers que dans des magasins comme H&M.

2. 41% des 18-25 ans portent une nouvelle tenue lors de chaque sortie

Depuis sa création, Boohoo.com a engagé des influenceurs connus pour leur effet sur les jeunes. Le géant du détail a commencé à diffuser de petites publicités ciblées via YouTube et les médias sociaux.

Il est vite devenu évident que les nouvelles marques gagnaient en popularité. La raison: les entreprises ont accès à leurs clients (potentiels) à tout moment de la journée, même dans des espaces intimes comme une chambre. Les influenceurs ont remis au goût du jour la publicité.

Plus les influenceurs documentent, photographient et diffusent aujourd’hui leur propre vie, plus les jeunes veulent faire pareil. C’est pourquoi pas moins de 41% des 18-25 ans portent une tenue différente lors de chaque sortie.

3. Les avantages de la vente en ligne ont été décisifs pendant la pandémie

Isopix

Les détaillants traditionnels achètent environ trois à quatre styles de vêtements pour chaque marque. Et ils doivent parfois approvisionner des centaines de magasins. Cela a conduit à une montagne d’articles invendus d’une valeur de 3,5 milliards de dollars chez H&M en 2018.

Les détaillants en ligne le font différemment: Boohoo.com achète environ 25 modèles pour ne pas perdre l’attention des clients. L’entreprise commande de 300 à 500 pièces d’un style particulier. Juste assez pour voir si un produit fait son chemin. Seul un quart des styles survivent à la sélection. De ce fait, Boohoo.com a créé beaucoup moins de surplus que les chaînes de vente au détail traditionnelles.

De plus, en vendant en ligne, Boohoo.com est en mesure de collecter des données sur le comportement des consommateurs en ligne. De cette façon, l’entreprise peut voir rapidement quelles catégories de produits attirent de nouveaux clients et quelle palette de couleurs fonctionne bien dans quelle région. Des avantages décisifs pendant la crise du coronavirus.

4. Les marques sont conscientes de leur propre pollution environnementale

Produire des vêtements bon marché fait des ravages. Mais cela se produit presque toujours loin des yeux, où les réglementations environnementales sont beaucoup moins strictes. En outre, les conditions de travail y sont souvent désastreuses: les salaires sont en moyenne 20 fois inférieurs à ceux des États-Unis, par exemple, et le travail des enfants est un phénomène bien connu.

Beaucoup d’emballages signifie généralement beaucoup de plastique. Tricia Panlaqui en a fait l’expérience aussi. Elle est une influenceuse bien connue et compte environ 385.000 abonnés sur YouTube. Tricia fait des vidéos dites de Unboxing. Il s’agit d’une combinaison de déballages (quelqu’un déballe un nouveau produit et l’examine en le filmant) et d’un défilé de mode. Certaines marques qui ont fourni des vêtements à Panlaqui lui ont demandé de cacher l’emballage en plastique qui l’accompagnait. Ces marques sont bien conscientes qu’elles polluent l’environnement.

5. Les détaillants de la fast fashion ne sont pas touchés par les crises économiques

Isopix

Même pendant les crises économiques, les gens continuent d’acheter des vêtements. Ils se limitent justement aux achats abordables.

La production de vêtements a doublé en 2015 par rapport à 2000. Cela signifie que deux fois plus de vêtements peuvent être achetés pour le même prix. Les vêtements sont donc effectivement devenus moins chers grâce aux marques de fast fashion.

Lors de la crise économique et financière de 2008, le détaillant en ligne Asos a remarqué que son chiffre d’affaires avait considérablement augmenté. De même, Boohoo.com a également connu ses meilleurs trimestres cette année-là.

Si vous deviez vous présenter à un entretien d’embauche au moment de cette crise, un blazer ne coûtant que 25 euros était un achat très tentant. Encore mieux pour les détaillants en ligne lors de cette crise: les gens évitent les magasins physiques.

6. Les marques traditionnelles ont déménagé à l’étranger pour faire face à la concurrence des marques de fast fashion

Lorsque la chaîne de fast fashion Forever 21 a ouvert ses portes aux États-Unis en 1984, les marques traditionnelles produisaient toujours leurs vêtements dans le pays. Forever 21 a vécu un changement au niveau macro: l’émergence des fibres synthétiques. L’entreprise a ensuite établi sa production à l’étranger, où les conditions de production étaient plus favorables.

En conséquence, les vêtements sont devenus moins chers et les gens ont fait des achats impulsifs plus souvent. Les chaînes de vente au détail traditionnelles se méfiaient de cette industrie émergente et craignaient de perdre des parts de marché. C’est pourquoi elles ont également déménagé à l’étranger pour profiter des mêmes conditions.

7. Asos ajoute 7.000 nouveaux articles par semaine

Il y a deux décennies, Zara était révolutionnaire car elle offrait des centaines de nouveaux articles chaque semaine; Aujourd’hui, Asos ajoute pas moins de 7.000 nouveaux articles à son site Web dans le même laps de temps.

Les entreprises de fast fashion se vantaient d’avoir un nouveau style de vêtement en vente en seulement deux semaines. Boohoo.com peut le faire en quelques jours.

8. La quantité de vêtements jetés par les Américains a doublé en 20 ans

Pendant ce temps, la quantité de vêtements jetés par les Américains a doublé au cours des 20 dernières années. Chaque Américain produit environ 17 kilos de déchets textiles par an, soit une augmentation de plus de 750% depuis 1960.

Certaines friperies sont inondées de vêtements synthétiques. Les vêtements jetés sont ensuite expédiés à l’étranger. L’année dernière, une montagne de vêtements jetés à l’extérieur de la capitale ghanéenne Accra a produit tellement de méthane qu’elle a explosé. Des mois plus tard, elle brûlait encore.

9. La catastrophe du ‘Rana Plaza’ en 2013 a changé un peu les mentalités

Instorting Rana Plaza in 2013 ©Isopix

L’essor de la mode rapide a été rendu possible parce que la production s’est déplacée vers des pays où les coûts de main-d’œuvre étaient maintenus bas. Cela s’accompagnait souvent de mauvaises conditions de travail.

Les situations alarmantes n’ont attiré l’attention de la communauté internationale que lorsque ‘Rana Plaza’, une usine de huit étages au Bangladesh, s’est effondrée en avril 2013. La catastrophe de l’usine, qui produisait principalement des vêtements pour des marques telles que Benetton et Primark, a coûté la vie à 1.134 personnes.

En réponse à la catastrophe, certaines entreprises de fast fashion ont déplacé leur production dans leur propre pays ou dans un pays voisin. Après tout, cela avait également l’avantage de pouvoir accélérer la distribution. Environ la moitié des produits fabriqués par Boohoo.com sont désormais fabriqués au Royaume-Uni.

10. Les salaires de 2,29 € de l’heure ne sont pas une exception dans l’industrie de la fast fashion

(Photo: Tran Van Minh/AP/ISOPIX)

Une production intérieure ne signifie pas nécessairement une production éthique. Plusieurs fournisseurs de la chaîne de mode rapide Fashion Nova à Los Angeles ne payaient leurs employés que 2,29 dollars de l’heure.

Un certain nombre de choses ne vont pas non plus avec les fournisseurs de Boohoo.com au Royaume-Uni. Les travailleurs y travailleraient dans des conditions dangereuses et seraient payés en dessous du salaire minimum.

Les entreprises de mode rapide elles-mêmes sous-traitent souvent la production à des entrepreneurs et sous-traitants. Cela facilite la transmission de la patate chaude de la responsabilité. Ces chaînes d’approvisionnement sont souvent délibérément occultées.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…