En Amazonie, 19 hectares de forêt sont détruits par heure

En Amazonie, 19 hectares de forêt sont détruits par heure

La situation de la forêt amazonienne est en train d’empirer à grande vitesse. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro et sa politique peu encline à sauver l’environnement, la déforestation a augmenté, jusqu’à atteindre, ces deux dernières semaines, les 19 hectares de forêt dévastés par heure. 

La forêt amazonienne était en pleine amélioration il y a encore quelques années. Le taux de déforestation semblait se stabiliser, voire à diminuer. C’était sans compter l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, peu soucieux de la cause écologique.

En à peine deux semaines, les 15 premiers jours de mai, c’est 6 880 hectares de forêt qui ont été dévastés, rapporte le journal Estadao. L’équivalent de 7000 terrains de foot, avec un taux de 19 hectares par heure. C’est le double de ce qu’on avait pu compter l’année dernière à la même période.

C’est le pire chiffre jamais enregistré en termes de déforestation de la forêt amazonienne, confirmé par le gouvernement. Ce dernier affirme d’ailleurs, par le biais de Ricardo Salles, ministre de l’environnement, que cette accélération n’est pas de leur faute mais de celle des anciens gouvernements. Logique, vu qu’ils n’ont pas encore eu le temps d’implémenter leurs mesures. Suspect, quand on sait que Salles est pro-entreprises et a déclaré que son travail consisterait plus à “défaire qu’à faire”.

Météo ou absence d’amendes?

Le gouvernement a d’ailleurs avancé que cette hausse devait être dûe à des raisons météorologiques, étant donné que la forêt subit plus de pluies durant les mois de Mars et d’Avril. C’est tout à fait vrai, mais une autre variable entre en jeu: la politique anti-amendes du gouvernement Bolsonaro.

Le ministère du climat a en effet supprimé le département des forêts et du combat contre la déforestation, actif depuis 2007. Une décision grave, considérée comme coupable par l’ancien ministre de l’environnement, Sarney Filho: “Démanteler le ministère de l’environnement et ses unités de conservations, c’est donner le feu vert à la déforestation. Comment réduire les indices, si les instruments créés pour combattre ces crimes sont démantelés par le discours et les actions concrètes du gouvernement?”

De plus, aucune amende n’a été ratifiée depuis le début de l’année. 354 d’entre elles, totalisant 146,2 millions de dollars, sont prêtes à être appliquées, une somme qui pourrait profiter à l’institut Chico Mendes, qui s’occupe de soumettre les dossiers et conserver la biodiversité amazonienne. Le gouvernement n’a pas expliqué sa décision de ne pas avoir encore ratifié ces amendes. Le futur n’est pas vert en Amazonie. En tout cas pas avec Jair Bolsonaro.

EPA

Articles sponsorisés