La déforestation de l'Amazonie repart à une allure inquiétante

Sur les dix dernières années, les coupes dans les forêts tropicales amazoniennes n'avaient plus été aussi importantes que ces 12 derniers mois. Et l'arrivée à la tête du Brésil de Jair Bolsonaro, président anti-environnement, ne risque pas d'améliorer les choses.

Les "poumons de la planète" sont dans un dans un bien triste état. La déforestation dans la plus grande forêt tropicale de la Terre va atteindre son plus haut niveau sur ces dix dernières années, annonce l'organisme fédéral brésilien INPE.

L'institut des recherches spatiales brésilien a révélé qu'environ 7.900 kilomètres carrés de forêt tropicale avaient été défrichés entre le 1er août 2017 et le 31 juillet 2018, soit une augmentation de 13,7% par rapport aux 6.947 kilomètres carrés défrichés l'année précédente.

Selon Greenpeace Brésil, ces chiffres signifient qu'environ 1,185 milliard d'arbres ont été abattus. C’est une superficie équivalente à 987.500 terrains de football. Cela représente à peu près un quart de la surface de la Belgique (30.528 km²). Notons qu'en 2016, la même surface de forêt (7.989 km²) avait été abattue.

Surfaces annuelles de déforestation de la forêt amazonienne

© INPE

Jair Bolsonaro s'en fout

Malheureusement, d'un point de vue politique, rien ne risque d'être fait contre ce désastre écologique durant les prochaines années. Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro est connu pour ses positions anti-environnementalistes. Pro-pesticide, climatosceptique et ultra-libéral, le nouveau dirigeant pense économie avant écologie.

Lors de sa campagne présidentielle, Bolsonaro a reçu le soutien des bûcherons et des mineurs qui souhaitent s'attaquer plus radicalement à la forêt, cette mine d'or en terme de bois et de minerais. Le candidat d'extrême-droite avait alors fait comprendre qu'il ne comptait sans doute pas rester dans l'accord de Paris sur le climat. Il avait ajouté que le réchauffement climatique était un complot des "Marxistes culturels". Une façon de penser qui rejoint celle de Donald Trump.

Politique environnementaliste

60% de la forêt amazonienne se trouve sur le territoire brésilien. Depuis 2004, la déforestation en Amazonie n'avait fait que diminuer. Il y a 14 ans, la superficie annuelle de forêt qui était tombée sous les tronçonneuses était montée à 27.772 km², soit les 3/4 de la Belgique.

Grâce à une politique environnementaliste, le Plan d'action pour la prévention et le contrôle de la déforestation en Amazonie légale (PPCDAm), les gouvernements précédents étaient parvenus à faire descendre la surface annuelle à 5.831 km², soit une diminution de 80% pour l'année 2015. Mais depuis, la déforestation a repris de plus belle. Et ce n'est pas le nouveau président brésilien qui risque d'y mettre un frein.

Déjà lu?