Du feu, des cris, des larmes et des confettis: le concert de Nekfeu aux Ardentes a tenu ses promesses

Pour assurer la fin de ce premier jour des Ardentes 2019, l’organisation avait tout misé sur Nekfeu. Nouvel album à présenter, une popularité monstre aussi bien chez les mecs que chez les filles et un répertoire quasi infini. Et ils ont bien fait car le concert était une vraie réussite malgré quelques petits accrocs.

Nekfeu n’est plus ce petit gars qui tournait des clips en slip dans une baignoire avec deux filles en maillot qui gigotaient autour de lui. Désormais, le rappeur parisien s’est forgé un vrai univers, un vrai style et a surtout aiguisé son talent pour toucher à peu près n’importe qui. On en a eu la preuve ce jeudi aux Ardentes, entre 23h30 et 1h du mat’. Feu, confettis, boules et larmes, voici le programme de ce concert qui a marqué les esprits.

Nekfeu, c’est la famille

Il y a ce petit quelque chose qui rend Nekfeu si attachant: il oublie pas les potes. Malgré son succès certain, il n’a jamais laissé tombé ses potes du S-Crew ou de 1995. Résultat, la scène du Parc des Ardentes s’est littéralement transformée en open mic’.

Mekra et Framal du S-Crew sont donc venus faire deux ou trois morceaux. Sauf que voila, ce groupe n’est pas aussi connu que les sons solos de Nekfeu. Résultat: ça a un peu fait redescendre l’ambiance du concert qui avait bien monté après les 3 premiers morceaux du répertoire de la tête d’affiche. Même constat pour Doum’s et Népal, Alpha Wann et même S-Pri Noir qui ont pu tout les quatre jouer un ou deux morceaux. Une bonne surprise pour les fans, une grosse pause pour ceux qui n’attendaient que Nekfeu.

Des larmes et du feu

Outre la musique, Nekfeu ne s’est pas foutu des festivaliers, loin de là. Avant son arrivée sur scène, une sorte de film était projeté sur la scène où on l’apercevait lui et son équipe en train de se préparer, un bon moyen de faire monter l’excitation et de rappeler que le rappeur avait sorti un film en même temps que son album. C’était aussi l’occasion d’entendre une première fois les cris hystériques de la foule.

A son arrivée sur scène, on se rend compte de l’aura de l’artiste. La foule est véritablement en délire. Il faut dire que le morceau d’intro, Cheum, est particulièrement bien choisi. C’est aussi l’occasion de découvrir le pouvoir qu’à ce mec sur la gente féminine. Car oui, on a bel et bien vu des jeunes filles pleurer de joie, d’émotion ou d’excitation, difficile à dire. Ok Nekfeu est plutôt beau gosse mais on n’imaginait pas à ce point.

S’en suit un véritablement show à base de confettis, de fumigènes et…de boules. Eh oui, sur le dernier morceau, Nekfeu et son équipe se sont fait un kiff: marcher sur la foule dans des énormes boules gonflables (voir vidéo ci-dessous). Scène plutôt marrante quand PLK, lui aussi invité au concert, s’est retrouvé coincé dans sa boule en plein milieu du public, ne sachant pas retourner sur la scène.

En vidéo, le craquage des fumi’

Quelques petits accrocs

Au final, on peut clairement dire que le concert était réussi et a ravi les fans mais on a tout de même noté quelques petits accrocs. Premièrement, l’artiste avait interdit l’accès à la front stage pour les photographes. Tout le monde s’en fout mais on ne peut juste pas te proposer de belles photos.

Ensuite, le son n’était pas optimal et on avait l’impression que les micros de ses acolytes étaient hors service. Il était bien difficile de distinguer ce que disaient Mekra et Framal lors de leurs interventions. Enfin, on émet quelques doutes sur le choix des morceaux qui ne se prêtent pas forcément à un festival. Par exemple, Dans l’univers avec Vanessa Paradis. Bien que ce soit un beau morceau, en live on a tendance à trouver le temps long. Même chose pour quelques sons du S-Crew.

Mais tout cela n’a pas empêché de vivre un très grand concert, aussi grand que la discographique de Nekfeu.

Pour voir Nekfeu marcher sur la foule, c’est ici

Articles sponsorisés