Aux Ardentes, Aya Nakamura fait hurler les foules à la Beyoncé

© newsmonkey

Il y a tellement d’artistes au programme de cette édition 2019 qu’il est était difficile de distinguer un artiste en particulier, celui qui allait faire LA grosse impression et retourner le public en pleine Cité ardente. Mais c’est bon, on a trouvé. Elle s’appelle Aya Nakamura!

Vu ses stats’ sur YouTube, Spotify et les réseaux sociaux, on savait qu’Aya Nakamura pouvait compter sur une fan base très solide. On en a eu la confirmation ce jeudi sur les coups de 19h30. C’est à cette heure que le temps s’est arrêté pour faire place aux cris hystériques de la foule et aux pas de danse chaloupés et sensuels devant la scène du Parc, la plus grande du festival.

Justin Bieber relégué au statut de chauffeur de salle

Le début du show.

Souviens-toi du temps où Justin Bieber, les Jonas Brothers ou les One Direction tournaient un peu partout dans le monde. Il fallait tendre l’oreille pour distinguer la musique sous les cris des filles présentes dans le public. Même combat pour Aya Nakamura qui était en mode Beyoncé. À l’autre bout du site des Ardentes, on entendait déjà les cris et les ovations réservées à la chanteuse originaire du Mali.

Aux premiers rangs, majoritairement des filles accompagnées parfois de leurs mecs qui nous regardaient avec des yeux qui criaient “sauve-moi”. Si la musique n’était pas à leur goût, ils ont tout de même pu profiter d’un vrai show digne d’un concert hors festival qui est souvent plus élaboré.

Showgirl

© newsmonkey

L’artiste a débarqué sur scène dans un bordel sans nom accompagnée de deux choristes aux tenues assorties. Aya, elle, se démarque de ses musiciens et acolytes avec son body jaune fluo et ses talons hauts. Elle commence en douceur avant de balancer ses plus gros tubes qui étaient tous accueillis comme le Pape sur la place Saint-Pierre de Rome. Évidemment, les fameux Djadja, Comportement et Copines, histoire de faire monter la tension et de tout exploser.

Où sont les mecs?

Assez rare pour le souligner: Aya Nakamura ne se contente pas d’un DJ qui balance ses sons à la suite, entrecoupés de bruits d’alarme et de sirènes. Non, ici de vrais musiciens rejouent les chansons en live et offrent ainsi une vraie performance scénique. Nous ne sommes que jeudi mais on tient sans doute l’un des meilleurs concerts du festival ou en tout cas celui qui a ramené le plus du monde. Et ceux qui disaient qu’il y avait pas moyen Djadja restent dans leur comportement, bah ouais.

Un aperçu vidéo de l’hystérie collective

Bouche tes oreilles, ça va crier

Articles sponsorisés