De juillet 2018 à juillet 2019, la déforestation en Amazonie a quadruplé

(Photo by Buda Mendes/Getty Images)

Une nouvelle étude de l’INPE rapporte que la déforestation a augmenté de 278% de juillet 2018 à juillet 2019. Une information qui tombe quelques heures après que Bolsonaro en ait limogé son directeur.

Déjà 7 mois et 7 jours depuis que Bolsonaro est arrivé à la tête du Brésil, le 1er janvier 2019. En 7 mois, un autre événement a attiré l’attention à l’international: la déforestation en Amazonie a augmenté de 67%.

(Photo by: Avalon/Universal Images Group via Getty Images)

Si l’on ne peut pas se permettre d’affirmer que la présidence de Bolsonaro est la cause directe de l’augmentation de la déforestation au Brésil, une corrélation s’impose.

Le président a enchaîné les déclarations climato-sceptiques et a rejeté les chiffres des ONG tout au long de son jeune mandat, tout en supprimant le département des forêts et du combat contre la déforestation auprès du ministère du climat.

Enfin, Bolsonaro mène une politique anti-amendes en faveur des entreprises qui se rendent en forêt amazonienne. Le manque de sanction est, une nouvelle fois, un facteur à prendre en compte dans cette donnée qui vient de tomber: en un an, la déforestation en Amazonie a quadruplé.

L’écologie “n’intéresse que les vegans”

Une information qui parait juste après que Jair Bolsonaro ait limogé le directeur de l’INPE, l’Institut National de Recherche Spatiale, responsable du report de cette statistique. Cet organisme public, chargé de surveiller la déforestation, a relevé qu’en juillet 2018, la déforestation avait touché une surface de 596,6 kilomètres carrés. En juin 2019, on en est à 2.254. À titre de comparaison, le Luxembourg a une superficie de 2.586 kilomètres carrés.

De juillet 2018 à juillet 2019, on compte une augmentation de 278% de la déforestation. Ces chiffres, pour Bolsonaro, ne font que “porter atteinte à l’image du Brésil” et “ne correspondent pas à la réalité”. Mais ce ne sont pas les pires citations du président.

Au cours du mois de juillet, n’oublions pas que Bolsonaro a déclaré que  l’écologie “n’intéresse que les végans”, que “Si toute cette dévastation dont vous nous accusez était réelle, la forêt amazonienne serait déjà un grand désert”  et enfin que les chiffres de destruction de la forêt amazonienne étaient faux, car “elles sont au service des ONG”.

Articles sponsorisés