Coup dur pour les climatosceptiques: il y a une chance sur un million que le réchauffement climatique soit naturel

Coup dur pour les climatosceptiques: il y a une chance sur un million que le réchauffement climatique soit naturel

0,0001%: ce sont les chances que le réchauffement rapide de notre planète soit causé par une cause extérieure à l’homme. Scientifiquement, les chances statistiques ont atteint un niveau de cinq sigmas. En probabilité, cela signifie qu’il y a plus d’une chance sur un million que le réchauffement climatique ait été provoqué par autre chose que l’humanité. Plus les jours passent et plus les arguments des climatosceptiques diminuent. 

Ces chiffres nous proviennent d’une équipe de scientifiques américains, canadiens et écossais qui ont analysé les données relevées par des satellites lors des 40 dernières années. La publication de leurs conclusions dans le magazine Nature Climate Change répond à des normes très strictes scientifiquement et semble difficile à réfuter.

Les scientifiques ont en fait analysé trois ensembles de données recueillies par plusieurs satellites. En 2005, le niveau cinq sigmas était déjà atteint dans deux de ces trois ensembles de données. En 2016, on en arrivait au même point pour le dernier ensemble de données. Concrètement, quand les scientifiques parlent de cinq sigmas, ils illustrent en fait leur niveau de confiance par rapports aux résultats qu’ils ont obtenus. En chiffres, cela signifie qu’ils sont sûrs à 99,99994% que leurs résultats sont correctes.

En 2012, cette mesure avait déjà utilisée pour confirmer la découverte du fameux boson de Higgs, un des éléments constitutifs de l’univers. Comme quoi on n’utilise pas cette mesure n’importe quand, puisqu’on rappelle que cette découverte du boson de Higgs avait été récompensée par un prix Nobel de physique.

Dans une interview accordée à Reuters, l’auteur principal de l’étude, Benjamin Santer, a déclaré qu’il espérait que ces nouveaux résultats allaient permettre de convaincre les plus sceptiques et d’initier de nouvelles actions concrètes en faveur du climat. “L’histoire selon laquelle les scientifiques ne sauraient pas quelle est la cause du changement climatique n’est pas vraie. Nous le savons” a-t-il ajouté.

7% des Belges toujours sceptiques

Selon une enquête publiée en 2017, 7% des Belges estiment que le réchauffement climatique n’existe pas. 8% des citoyens de notre pays y croient mais pensent que les causes sont purement naturelles. En tout cas, les Belges semblent un peu mieux informés que dans certains autres pays. Par exemple, aux États-Unis, 14% de la population pensent que le réchauffement climatique n’est qu’une invention et 23% pensent que les causes du réchauffement ne sont pas dues à l’homme.

Et ce n’est pas Donald Trump qui les fera changer d’avis puisqu’on rappelle que l’actuel président américain s’amuse à tweeter à chaque hiver que le réchauffement climatique ne peut exister vu le niveau très bas affiché par le mercure. Le pensionnaire de la Maison Blanche avait d’ailleurs retiré son pays de l’accord de Paris regroupant quelques 196 pays (195 depuis le départ des Américains).

Articles sponsorisés