Left Right
scrollTop top

Cet été, on a atteint des records d’émissions de gaz à effet de serre à cause des feux de forêt


Verwoestende bosbranden leidden deze zomer tot recordhoge emissies
© Noah Berger/Isopix

Des niveaux records d’émissions de carbone ont été mesurés pendant l’été dans l’hémisphère nord, durant les mois d’été de juillet et août. La cause de ce record ? Les incendies en Méditerranée, en Amérique du Nord et en Sibérie.

Les incendies ont libéré une quantité record de 1,3 milliard de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère en juillet. En août, c’est 1,4 milliard de tonnes supplémentaires qui ont été émises. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’Agence européenne d’observation de la Terre, Copernicus. Un peu moins d’un tiers des émissions proviennent des feux de forêt en Russie.

« Les conditions météorologiques locales jouent un rôle dans l’intensité des incendies. Mais le changement climatique crée l’environnement idéal pour un tel feu de forêt », a déclaré Mark Parrington, scientifique principal au service de surveillance de l’atmosphère Copernicus du CEPMMT. « Ce qui était très inhabituel ici, c’était le nombre d’incendies, la taille des zones où ils ont brûlé, leur intensité et aussi leur persistance. »

Les scientifiques s’attendent à ce que les feux de forêt deviennent plus fréquents et plus intenses avec le réchauffement de la planète. Les incendies les plus importants de cet été se sont produits pendant ou juste après une vague de chaleur et dans des conditions de sécheresse exceptionnelles. D’autres sont attendus dans les semaines à venir. L’hémisphère sud est particulièrement menacé. Là-bas, la saison des incendies dans la région amazonienne et dans d’autres parties de l’Amérique latine est toujours en cours.

Nouveau record

En Turquie, les satellites Copernicus ont enregistré la plus forte intensité de feu jamais enregistrée. Il s’agit des incendies de la fin juillet et du début août, qui ont fait au moins neuf morts. De fortes concentrations de fines particules de poussière polluantes, également appelées PM2,5, étaient également visibles depuis l’espace.

Dans la république russe de Sakha, où les feux de forêt sont fréquents pendant les mois d’été, les satellites ont enregistré un nouveau record le 3 août, lorsque les émissions ce jour-là ont été plus de deux fois supérieures à celles des mois de juin, juillet et août de l’année dernière réunis.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…