Left Right
scrollTop top

Il a plu au sommet du Groenland et c’est tout à fait exceptionnel (et inquiétant)


© Isopix

Pour la tout première fois, il a plu au sommet du Groenland, dans une zone où il ne pleut jamais habituellement. Et c’est plutôt inquiétant.

On a malheureusement pu le remarquer cet été: il pleut de plus en plus et on ne parle pas de petites pluies. Cette hausse de précipitations s’observe partout, y compris dans des lieux inattendus. Dans un rapport publié en cette fin août par le National Show and Ice Data Center (NSIDC), le centre américain d’information et de référence sur la recherche polaire et cryosphérique, on apprend qu’il a plu au sommet du Groenland:

Le 14 août 2021, de la pluie a été observée au point le plus élevé de l’inlandsis groenlandais pendant plusieurs heures, et les températures de l’air sont restées au-dessus du point de congélation pendant environ neuf heures

NSIDC

Et si on t’en parle, c’est pour une bonne raison. C’est tout simplement la première fois qu’on enregistre des précipitations dans cette région du monde. Mais la pluie n’est pas le seul problème.

Les temps changent au Groenland

Dans ce rapport, on apprend plusieurs choses. Tout d’abord, le NSIDIC nous informe que pour la troisième de l’histoire, la station Summit située à 3.216 mètres d’altitude connait des températures supérieures au point de congélation. Autrement dit, il y fait assez chaud pour que la neige fonde. De plus, le rapport explique « qu’aucun rapport antérieur ne fait état de précipitations à cet endroit », c’est-à-dire depuis le début des enregistrements dans la deuxième partie du 20ème siècle.

Et cette pluie peut avoir des conséquences désastreuses pour une région comme le Groenland car cela pourrait créer un cycle néfaste. En gros, quand l’eau de pluie va se mettre à glacer lors du regel, la glace sera différente que celle créée par la neige blanche qui réfléchit les rayons du soleil. La glace d’eau de pluie est plus sombre, plus lisse et absorbe les rayons du soleil. Résultat: cette glace fond beaucoup plus rapidement et on entre dans un cercle vicieux. Pour la faire courte: plus il pleut, plus la fonte des glaces risque de s’accélérer.

Réchauffement climatique et précipitations

Dans son dernier rapport qui a fait beaucoup de bruit, le GIEC en a profité pour mettre en place un atlas interactif. Grâce à ce dernier, on peut observer que les précipitations risquent d’augmenter un peu partout dans le monde en fonction du nombre de degrés gagnés. On constate d’ailleurs qu’une grande partie du Pôle Nord est concernée. Plusieurs recherches vont dans le même sens: dans des scénarios où cette région gagnerait 2 ou 3 degrés, l’Arctique deviendrait une région très pluvieuse, en plus d’être plus chaude bien entendu.

Récapitulons: plus le réchauffement climatique s’accélère, plus il pleut dans les régions froides telles que l’Arctique ou le Groenland. Plus il pleut, plus la fonte des glaces s’accélère. Et plus la glace fond, plus le niveau des mers augmente. Le sixième rapport du Giec indique justement que cette élévation du niveau des mers a atteint un niveau inédit depuis au moins 3000 ans.

Source: GIEC

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…