Left Right
scrollTop top

C’est au tour du Japon et du Canada de se lancer à la conquête de la Lune


© Crédit: ispace

La Lune est toujours la première étape des programmes spatiaux nationaux. Après la Chine et les États-Unis, le Japon et le Canada vont aussi se lancer dans l’exploration de notre satellite naturel.

Le Japon et le Canada sont bien décidés à envoyer leur propre rover sur la Lune. L’agence spatiale japonaise JAXA a ainsi confirmé cette semaine qu’elle était en discussions avec différentes entreprises privées pour organiser cette nouvelle mission spatiale. Mais pour une première mission, le Japon ne voit pas vraiment les choses en grand.

Le but de cette mission est d’envoyer un tout petit rover de la taille d’une taille d’une balle de baseball à la surface de la Lune. Cette mission pourrait avoir lieu dès 2022 et serait la première étape d’un tout nouveau programme qui se concrétiserait par l’envoi d’un rover bien plus grand dans les années à venir. Ce dernier est déjà en cours de conception au siège de la JAXA en coopération avec Toyota.

Une mission en coopération

Sans surprise, beaucoup d’acteurs différents seront impliqués dans cette nouvelle mission lunaire qui se tiendra en 2022. Elle sera par exemple organisée par l’entreprise privée ispace. Le rover sera envoyé sur notre satellite grâce à une fusée Falcon 9 sur les informations données par le CEO de l’entreprise, Takeshi Hakamada.

Et le Canada là-dedans? Le pays d’Amérique du Nord occupe une place centrale puisque la majorité des entreprises bossant sur le projet viennent du voisin des USA. Par exemple, c’est l’entreprise canadienne Mission Control Space Services qui testera des algorithmes d’intelligence artificielle qui seront utilisés pour soutenir les opérations du rover Rashid. Canadensys Aerospace Corporation fournira une caméra capable de filmer à 360 degrés et NGC Aerospace Ltd testera un système de navigation qui prendra des images de la Lune depuis l’orbite.

Sans faire de bruit, le Canada devient un acteur incontournable de la conquête spatiale. D’ailleurs, l’agence spatiale canadienne participera bientôt à une mission de la NASA. Elle développe en effet un bras robotique pour un autre rover qui foulera la Lune dans le cadre de la mission Artemis 2.

Objectif Lune

Cela fait déjà plus de 50 ans que Neil Armstrong a mis le pied sur la Lune. Malgré tout, notre satellite reste un objectif pour toutes les agences spatiales du monde. Car même si s’y rendre représente un gros défi techniquement, la Lune reste tout même plus accessible que Mars par exemple.

Ainsi, diverses agences du monde entier annoncent tour à tour vouloir se rendre sur la Lune. Par exemple, les Emirates arabes unis ont annoncé son intention d’atteindre la Lune dans les trois prochaines années maximum. Ambitieux.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…