Bisbille entre les mouvements de jeunes pour le climat sur fond d’extrême droite

epa

Youth For Climate et Génération Climat ne sont pas sur la même longueur d’onde. Notamment pour ce qui est d’impliquer le Vlaams Belang et la N-VA dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Depuis la semaine dernière, la tension monte entre plusieurs mouvements de jeunesse qui luttent contre le réchauffement climatique. L’origine du conflit remonte au 6 août et la publication d’un article dans le Vif. Anuna De Wever, cheffe de file de Youth For Climate lance un appel général aux partis politiques. Mais une phrase en particulier a déclenché l’incompréhension du mouvement francophone Génération Climat:

“Je veux que le climat devienne une priorité pour chaque parti. Le Vlaams Belang et la N-VA doivent également devenir des leaders climatiques.”

Anuna De Wever

Génération Climat décide donc de répliquer par une carte blanche dans l’hebdomadaire, après avoir fait part de leur incompréhension sur Facebook:

“Il est absolument inacceptable de considérer que des partis tels que la NVA et le Vlaams-Belang puissent être des partenaires dans ce combat contre le réchauffement climatique, et encore moins des leaders.”

Génération Climat
epa

Génération Climat reproche aux deux plus grands partis de Flandre leur “climatoscepticisme” tout comme leurs idées “autoritaires” et ” discriminatoires”. Le mouvement pointe leur “désir de repli nationaliste, avec l’inégalitarisme comme fondement de la société, et la haine de l’autre comme arme politique principale.”

Youth For Climate regrette les divisions

Interpellé, Youth For Climate a répondu par un communiqué arguant que l’article en question avait été mal interprété: “Pour être très clairs, Anuna et l’ensemble de l’équipe de Y4C demandent que le climat soit une priorité absolue pour tous les responsables politiques. L’allusion à la NVA et au VB ne répondait qu’à une question spécifique du journaliste et ne constitue en rien un appel à ces deux partis.”

Youth For Climate regrette toutefois cette division au sein d’une cause qui dépasse la sphère politique. Le mouvement rappelle d’ailleurs qu’il est apolitique et qu’il “s’agit d’un combat urgent à mener” et que “mettre son énergie dans des querelles entre mouvements desservirait la cause”.

Youth For Climate souligne toutefois que la transition écologique doit s’opérer dans “une société inclusive, solidaire et réconciliée avec elle-même, basée sur les valeurs de  démocratie et des droits de l’homme”.

Le débat est lancé

Mais sur les réseaux sociaux le débat est lancé. Des mouvements de jeunes qui luttent contre le réchauffement climatique doivent-ils mener dans le même temps d’autres combats? La cause climatique ne doit-elle pas rassembler le plus de personnes possible, quelle que soit leur couleur politique?

epa

Il est vrai que la lutte contre le réchauffement climatique et ses solutions ne font déjà pas consensus. À l’image de Greta Thunberg qui clive notre société à tort ou à raison. Rajouter des divisions entre les jeunes desservirait sans doute la cause. Quelque part entre les partisans d’une révolution, ceux d’un capitalisme vert et les climatosceptiques, des mouvement comme Youth For Climate et Génération Climat doivent trouver leur place et rester audibles au public le plus large.

Un exercice d’équilibre que les divisions rendent encore plus délicat. Surtout quand ça se passe sur la place publique.

Articles sponsorisés