Après South Park, c’est au tour de Tarantino de se faire recaler par la Chine

Capture d'écran YouTube

La Chine annule la distribution de Once Upon a Time in Hollywood, après un appel qui aurait été directement formulé par la fille de Bruce Lee.

La Chine a un rapport spécifique avec les oeuvres de fiction. Elle a la mauvaise manie de censurer ou de tout simplement annuler la diffusion de séries ou films. Tarantino, pourtant, était en bonne voie. Lors de la production de Once Upon A Time in Hollywood, il avait trouvé un accord avec la société de distribution Boma, censée donner accès au film à travers tout le pays.

Cet accord n’avait rien d’anodin: jamais aucun film du réalisateur n’a été diffusé dans les salles chinoises. Django avait failli se retrouver sur grand écran, mais c’est au final une version piratée qui a fini par être visionnée par la population. Once Upon a Time a, elle, loupé le coche de peu.

Alors que la sortie était prévue pour le 25 octobre, le Hollywood Reporter révèle via des sources proches de Boma et du bureau chinois du cinéma qu’elle a été annulée. L’élément déclencheur serait la fille de Bruce Lee, qui lutte contre la représentation faite de son père dans le long-métrage.

Bruce Lee montré comme arrogant

Depuis sa sortie, Shannon Lee demande à ce que ce portrait d’un homme arrogant, impétueux, trop sûr de lui et ridiculisé soit modifié dans le film. On te laisse juger via cet extrait qui contient la scène incriminée.

Elle aurait fait appel à l’Administration nationale chinoise du cinéma, appel reçu et entendu: le film ne sera pas diffusé en Chine. Tarantino passe donc à côté de l’occasion de faire passer son film de 366 millions de dollars au box office aux 400 millions espérés par la sortie chinoise.

Quelle qu’en soit la raison, la Chine réitère la censure qui lui est familière et qui agit à tous les niveaux du pays, culturel comme politique. Parfois un peu des deux, comme avec le retrait total de South Park.

Articles sponsorisés