Toujours plus fort: le bourgmestre d’Uccle qui défendait le cumul dans une carte blanche a caché plusieurs mandats

Toujours plus fort: le bourgmestre d’Uccle qui défendait le cumul dans une carte blanche a caché plusieurs mandats

C’est ce qu’on appelle se manger un retour de bâton. En plein contexte sur le vote du décumul à Bruxelles, le bourgmestre d’Uccle décide de prendre la plume. Sa carte blanche au titre accrocheur fait mouche. Enfin pense-t-il. Dedans, il y défend le cumul non-rémunéré et en profite pour tacler Cumuleo au passage. Mauvaise idée.

“Le site Cumuleo, s’il a des vertus, crée souvent la confusion, car de nombreuses personnes font l’analyse suivante : ‘beaucoup de mandats = + de rémunérations non méritées, cachées ou pas, pour l’élu'”. Boris Dilliès (MR), bourgmestre d’Uccle, en avait marre que l’on tape sur les élus au sujet des cumuls de mandats. Il l’a donc fait savoir sur sa page Facebook via une carte blanche remarquée et relayée.

Il y explique que démissionner de sa fonction de député lui coûtera 30% de son salaire, et que devenir bourgmestre, c’est l’assurance d’exercer plusieurs mandats, pas toujours rémunérés. Boris Dilliès a trouvé sa cible: Cumuleo, un site dont le créateur s’évertue à traquer nos chers élus, à comptabiliser leurs mandats pour une meilleure transparence. Un outil bien pratique, tant pour les citoyens que les journalistes. Plus grand-monde ne peut se cacher.

Mais pour le bourgmestre d’Uccle, “plus de mandats n’est PAS égal à plus de rémunérations, mais bien à plus de temps consacré à un engagement. Saluons le fait que Cumuleo évolue aussi dans ce sens.”

Après une brève défense du mélange entre fonctions publiques et privées, et une dernière attaque contre “les nouveaux grands pourfendeurs du cumul (qui sont à deux mois de la retraite et ont toujours cumulé)”, Boris Dilliès conclut sa carte blanche en invitant le citoyen “à ne pas toujours prendre Cumuleo comme une bible, mais à interroger directement l’élu, en toute courtoisie (…)”.

Déclarations de mandats incomplètes

Christophe Van Gheluwe, à l’origine de Cumuleo, décide de le prendre au mot. La contre-attaque fait mal: “Comment le citoyen pourrait-il avoir la moindre confiance dans les propos que vous allez lui tenir alors que vous mentez sur vos mandats à la COUR DES COMPTES!”

Eh oui, cela ferait dix ans que Boris Dilliès rend une déclaration de mandats incomplète comme on peut s’en apercevoir ici. Défendre le cumul, c’est bien. Le faire quand on est irréprochable, c’est mieux.

Rappelons que le vote sur le décumul intégral à Bruxelles va se jouer dans les prochains jours. Le texte a été adopté par une majorité alternative PS-SP.A-Défi-Ecolo-Groen en commission. Le MR n’y est pas favorable. Pas plus que certains partis flamands qui crient au clash communautaire et qui pourraient bloquer le tout. A moins que le texte ne passe en force. Réponse à la fin du mois de mars en séance plénière.

Articles sponsorisés