Nouvelle réglementation en Italie: pas de vaccins, pas d’école

Nouvelle réglementation en Italie: pas de vaccins, pas d’école

Après des mois de débats nationaux, l’Italie a tranché. Les enfants ne pourront pas aller à l’école tant qu’ils n’auront pas prouvé qu’ils ont été correctement vaccinés.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2018, la coalition gouvernementale, formée par le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, s’est longuement opposée à la vaccination obligatoire en Italie. Selon le vice-Premier ministre Matteo Salvini, la vaccination serait dangereuse et même nuisible. Le débat sur les vaccins s’est invité à l’échelle nationale pendant des mois jusqu’à ce qu’une nouvelle loi tombe.

Depuis le 11 mars 2019, les parents risquent une amende pouvant aller jusqu’à 500 euros s’ils envoient leurs enfants non vaccinés à l’école. Et les enfants de moins de six ans peuvent être interdits d’entrée en crèche. Cette mesure de salubrité publique a été décidé alors que la rougeole fait son grand retour en Europe et dans le monde.

Loi Lorenzin

Cette loi dite “loi Lorenzin” – du nom de l’ancienne ministre de la Santé qui l’a introduite – impose aux enfants de recevoir une série d’immunisations obligatoires avant d’aller à l’école. Celles-ci incluent des vaccins contre la varicelle, la polio, la rougeole, les oreillons et la rubéole. À l’époque où cette loi a été proposée, de nombreuses manifestations s’étai

Les parents avaient jusqu’au 10 mars pour vacciner leurs enfants. La ministre de la Santé Giulia Grillo leur a finalement accordé un délai jusqu’au lundi 11 mars, car vacciner le week-end est compliqué. Selon le journal La Repubblica, la ministre aurait subi des pressions de la part de Matteo Salvini afin de prolonger ce délai. Mais Grillo a résisté et a réussi à instaurer de nouvelles règles simples: “Pas de vaccin, pas d’école”.

Résultat: quelque 5.000 enfants n’ont pas réussi à présenter la preuve de leurs vaccins et 300 ont été suspendus, révèle la BBC. Selon les autorités italiennes, cette décision a eu pour effet d’améliorer les taux de vaccination en Italie.

Articles sponsorisés