En Australie, 140.000 familles n'ont plus d'aides parentales parce qu'elles refusent de vacciner leurs enfants

En 2016, l'Australie en a eu marre des groupes anti-vaccins et elle a passé une loi radicale. Dorénavant, seuls les parents d'enfants vaccinés auront droit aux aides parentales. Conséquence: près de 200.000 nouveaux-nés ont été vaccinés l'année passée. Mais en 2017, 140.000 familles refusent toujours de vacciner leurs enfants. Cette année, ils n'auront pas droit aux aides de l'état.

En janvier 2016, le gouvernement australien a lancé la campagne "No Jab, No Pay", littéralement "Pas de piqûre, pas d'argent". Cette campagne a été lancée pour lutter contre les sceptiques du vaccin et contre toutes les familles qui estiment que les vaccins sont un danger pour la santé.

Cette loi a eu des effets directs: 200.000 enfants ont été vaccinés dans l'année. Il faut savoir que ces aides de l'état représentent 15.000 dollars par an. Un argument de poids que le gouvernement australien a brandi pour lutter contre la propagation de maladies comme l'hépatite, le tétanos ou la coqueluche.

Mais en 2017, environ 140.000 familles n'auront pas accès à ces soins pour enfants car elles refusent toujours de faire ces vaccins, rapporte Sky News Australia.

Aides de l'état

"Seuls les parents d'enfants (âgés de moins de 20 ans) qui sont vaccinés ou qui bénéficient d'un programme de rattrapage reconnu peuvent avoir accès aux gardes d'enfants, le remboursement des frais de garde d'enfants et une taxe allégée pour la famille" est-il écrit dans ce programme du département de la santé australien.

Les autres vont devoir reconsidérer leurs options. La région la plus touchée par ces "coupes" est le Queensland, soit l'une des régions les plus pauvres de l'Australie et où les groupes anti-vaccins sont particulièrement actifs. Particulièrement l'AVN, l'Australian Vaccination-Skeptics Network Inc., qui lobby à fond contre les vaccins. Dans cette région, le pourcentage d'enfants vaccinés tourne autour des 85%. Ce qui est toutefois mieux que l'année passée, révèlent les membres du gouvernement.

Le ministre australien de la Santé Greg Hunt s'est ainsi félicité de sa loi pro-vaccin: "Ces données montrent que la politique fonctionne et nous encourageons les parents en objection à reconsidérer leur position qui n'est pas soutenue par l'expertise médicale. (...) Cette politique protège les normes de santé de la communauté en général et protège nos enfants contre les maladies horribles."

Déjà lu?