Une nouvelle espèce de manchot a été découverte en Nouvelle-Zélande, et il faisait ta taille

Getty Images

C’est en Nouvelle-Zélande que l’étonnante découverte a été faite. Les restes d’un manchot géant, de la taille d’un humain adulte de petite taille, ont été retrouvés. C’est un paléontologue amateur qui a trouvé les restes de l’animal d’une espèce depuis longtemps éteinte à North Canterbury. Pour l’instant, ils font l’objet d’études, mais tu pourras bientôt les admirer dans le cadre d’une exposition.

Un paléontologue amateur avait trouvé les restes d’un manchot géant, un ancêtre d’un manchot empereur en Nouvelle-Zélande, dans le courant de 2018. Mais désormais, ce sont les équipes du Canterbury Museum, en Nouvelle-Zélande, qui révèlent les résultats de l’étude du spécimen. L’animal pourrait avoir mesuré près de 1,60 m et peser jusqu’à 80 kilos. C’est une nouvelle ligne à ajouter à la liste des espèces animales géantes qui parcouraient notre planète, il y a de cela bien des années.

Comprendre l’évolution de cet oiseau géant

Ce manchot géant a vécu il y a environ 66 millions d’années. Avec une taille qui atteignait les 1,60 mètre, ce serait vraisemblablement l’espèce de pingouins la plus grande qui ait jamais peuplé notre planète. Son petit cousin le manchot empereur, lui, est l’animal qui détient actuellement ce titre. En comparaison, ce dernier peut mesurer 1,30 mètre et peser maximum 23 kilos. Soit près du tiers du poids de cette nouvelle espèce découverte.

Ce fossile représente une découverte importante pour les chercheurs. Grâce à celui-ci, les paléontologues peuvent mieux comprendre l’évolution de la famille des pingouins. On savait déjà que les pieds des pingouins d’autrefois étaient différents de ceux de leurs contemporains. Leurs ancêtres utilisaient en fait beaucoup plus leurs pieds pour nager. Il est également possible que ceux-ci ne tenaient même pas encore debout.

L’Antarctique et la Nouvelle-Zélande, des zones très similaires

Les espèces que nous connaissions déjà qui s’apparentent le plus à ce nouveau spécimen d’oiseaux vivaient en Antarctique. Paul Scofield, le conservateur du musée de Canterbury, explique, et ça peut te paraitre étonnant, que ces deux territoires, l’Antarctique et la Nouvelle-Zélande, étaient jadis assez semblables: “Les deux zones étaient complètement différentes d’aujourd’hui. Par exemple, l’Antarctique était recouvert de forêts. Les deux régions possédaient un climat très chaud.”

Le fossile de ce manchot sera exposé prochainement au Canterbury Museum.

Articles sponsorisés