“Nicolas Bedos est au taquet”: Jean Dujardin rassure les fans à propos du prochain OSS 117

OSS 117

Le changement, ça fait toujours peur. Alors, quand les fans de la saga OSS 117 ont appris que Michel Hazanavicius ne serait pas aux commandes du troisième volet, ils ont pris peur. Jean Dujardin a tenu à les rassurer quant aux talents de réalisation de Nicolas Bedos.

Au fil des années, une communauté de fans acharnés s’est formée autour des films OSS 117 avec Jean Dujardin en tête d’affiche. Il n’y a qu’à voir le succès du groupe Facebook “Neurchi d’OSS 117” où des fans postent quotidiennement des memes basés sur les deux films réalisés par Michel Hazanavicius.

Mais le troisième volet qui sortira en février 2021 et qui s’intitulera Alerte rouge en Afrique noire sera différent des deux premiers. Et ce pour une seule et unique raison: Nicolas Bedos remplacera Michel Hazanavicius derrière la caméra. On ne sait donc pas trop à quoi s’attendre et cela peut être assez angoissant pour les fans de la première heure.

Questions/réponses

Sur le groupe Neurchi d’OSS 117 qui compte plus de 55.000 membres fans de la saga, un membre a posté une vidéo plutôt intéressante. Cette fois, pas de blague sur Hubert Bonisseur de la Bath, au contraire. Il s’agit en fait d’une séance de questions/réponses entre fans et Jean Dujardin himself.

On y voit un courageux individu du nom de Michel (le hasard fait bien les choses) demander à quoi il faudra s’attendre avec Nicolas Bedos aux commandes. Il demande donc à l’acteur ce qu’il pense de ce changement de réalisateur. On dit courageux car en effet, il s’est pris un tacle dans les chevilles de la part de l’acteur: “Ecoute petit connard, t’avais 10 ans à l’époque (du premier film, ndlr)”.

Le dilemme du jardin

Soit, c’est pas ça l’important. Jean Dujardin retrouve rapidement son sérieux et s’exprime sans langue de bois sur le sujet: “Michel Hazanavicius n’a pas voulu le faire pour plein de raisons, c’est son choix. OSS 3 est une idée de producteurs, écrit par Jean-François Halin. Les producteurs veulent faire ce film, il part en écriture, je le reçois, je le lis: ok c’est en place, y a des trucs, pourquoi pas. J’essais d’en parler à Hazanavicius, il a envie de faire autre chose, il s’entend pas avec les producteurs, hop: exit.”

Dujardin explique qu’il était face à un choix: soit ne pas faire le film et donc perdre une occasion de bien se marrer et de rester avec son “petit culte de branlette”, ce sont ses mots on invente rien, soit il prend des risques et du plaisir en tournant le 3. Tu te doutes bien qu’il a opté pour la seconde option mais avec qui tourner ce film? Pendant que Jean-François Halin avance dans l’écriture, Dujardin cherche un réalisateur. Il connait bien Nicolas Bedos et lui soumet ce que Halin écrit.

Dujardin insiste très clairement sur le fait qu’il veut vraiment faire ce troisième film parce qu’il prend un plaisir fou à incarner ce personnage. “J’ai pas envie de m’arrêter là, je veux continuer, je veux m’amuser.” Pour un peu rassurer tout le monde, il précise d’ailleurs que les deux premiers OSS ne reposent pas uniquement sur le talent d’Hazanavicius: “Mais pardon la franchise n’a pas été inventée par Michel” dit-il devant ses fans, “si il n’a plus envie de s’amuser c’est son problème.”

Bedos au taquet

Jean Dujardin semble plutôt amusé par le succès de ces films. Il explique qu’à l’époque de la sortie du premier épisode, le culte autour de la franchise n’existait pas du tout. “Maintenant quand un jeune me fait: “putain y a pas Hazanavicius mais c’est la merde” je lui dis “calme-toi, laisse-nous travailler ça t’inquiétait pas à l’époque je vois pas pourquoi ça t’inquiéterait maintenant”.

Et on sent que ça agace un peu l’acteur, cette manie qu’ont les fans de redouter le changement. Alors, il lance une dernière punchline pour calmer tout le monde: “Laissez-nous faire un truc, on est pas des glands, j’ai pas du tout envie de faire de la merde. On travaille dessus depuis des mois et je peux vous dire que Bedos il est au taquet et vous avez vu le talent qu’il a en plus.” On ne demande qu’à le croire mais pour découvrir le résultat de toutes ces heures de travail, il faudra attendre février 2021 et ça, c’est vraiment une mission impossible.

Articles sponsorisés