Les “Jeudi pour le climat” vont prendre une nouvelle forme: plus à Bruxelles, mais décentralisés

Les “Jeudi pour le climat” vont prendre une nouvelle forme: plus à Bruxelles, mais décentralisés

Youth for Climate, les élèves qui brossent les cours pour le climat tous les jeudis, cherchent une nouvelle approche. Ils disent ne plus vouloir  battre “les chiffres record de Bruxelles, mais veulent emmener toute la Belgique dans la rue”. La semaine dernière dans la capitale, il n’y avait que 12.500 manifestants, contre 35.000 la semaine précédente.

“Sautez les cours chaque jeudi, et venez à Bruxelles pour défendre le climat.” Telle était l’intention radicale première de Youth for Climate, le mouvement des étudiants qui veulent faire pression sur le monde politique et l’encourager à prendre davantage de mesures pour lutter contre le réchauffement climatique. Les deux organisatrices, Kyra Gantois et Anuna De Wever, ont l’intention de continuer à manifester chaque semaine jusqu’aux élections du 26 mai.

Mais l’action s’est légèrement essoufflée. Il y a deux semaines, ils étaient 35.000 jeunes à marcher dans les rues de Bruxelles un jeudi en semaine. Le dimanche qui a suivi, ils étaient plus de 70.000, mais cette marche ne comprenait pas uniquement des étudiants. Et la semaine dernière, ils n’étaient plus que 12.500 participants, selon la police.

Dans toutes les grandes villes

L’alternative choisie est une dispersion géographique: les manifestations auront lieu dans toutes les grandes villes. “De plus en plus de jeunes ont appris qu’il leur serait impossible de venir à Bruxelles chaque semaine ou même plus longtemps”, explique Kyra Gantois au journal De Morgen. C’est ce qu’on montré les chiffres importants de la semaine passée: 15.000 jeunes s’étaient réunis à Liège, 3.000 à Louvain et 350 à Anvers. “Ces deux découvertes nous ont incités à appeler à faire des manifestations dans notre propre ville.”

En optant pour une représentation éclatée, Youth for Climate prend des risques: des actions fragmentées ont visuellement moins d’impact, en particulier dans les médias. Mais d’un autre côté, des initiatives plus “locales” donnent aux enfants encore à l’école primaire la possibilité de participer, indiquent les organisatrices. L’intention de venir à Bruxelles est toujours présente, mais ce ne sera plus chaque semaine. La prochaine date marquée est le 14 février, car ce jour-là, un groupe d’adultes sera aussi présent. Et il y a aussi le 15 mars, qui est la Journée européenne de l’action pour le climat. Au cours des prochaines semaines, De Wever et Gantois se présenteront dans différentes villes de Belgique.

Message politique

Parallèlement, les deux initiatrices s’investissent chaque fois plus en politique. Sur Radio 1, Anuna a lancé un appel au président de la N-VA, Bart De Wever. “En fait, je voudrais collaborer avec Bart De Wever et avec tous les partis politiques. Le climat n’a pas de couleur politique. Il passe avant tout, il est important pour tout le monde”, a-t-elle déclaré. On ne sait pas exactement ce que cela signifie en termes concrets. Mais elle a appelé les politiciens à “travailler ensemble, car c’est la chose la plus importante”.

Si elles peuvent parfois donner l’impression de s’essouffler, les actions des étudiants sont pourtant loin de passer inaperçues. À l’étranger, elles attirent de plus en plus l’attention. Le week-end dernier, le célèbre acteur Leonardo DiCaprio a posté une photo de la marche sur son compte Instagram pour ses 28 millions d’abonnés. DiCaprio est un champion de la lutte pour le climat depuis un certain temps.

instagram

Articles sponsorisés