L’actrice oscarisée Regina King nous parle de son rôle dans Watchmen en “Sister Knight”

HBO

HBO a de grands projets cet automne: à côté de His Dark Materials, qui arrive bientôt débarque Watchmen. La nouvelle série est une sorte de suite basée sur l’univers du roman graphique tant vanté de l’écrivain Alan Moore et du dessinateur Dave Gibbons. Le rôle principal est joué par Regina King, actrice oscarisée, qui, dans le rôle de la détective de police Angela Abar, surnommée Sister Knight, a relevé bien des défis d’acting. Nous lui avons parlé ainsi qu’à Nicole Kassell, qui a réalisé le premier épisode.

Dans le premier épisode – aujourd’hui visible via Be TV de Telenet – Angela Abar s’implique dans la recherche du tireur d’une attaque contre un policier. Ainsi, elle est sur les traces de la Septième Cavalerie, un groupe qui lutte pour la suprématie blanche.

Regina King: Angela porte plusieurs masques. Comme nous le faisons tous dans notre vie quotidienne. La façon dont elle se déplace dans cet univers alternatif est un exemple subtil mais très réel de la façon dont nous nous présentons parfois dans notre propre vie. Parfois, on fait ça juste pour se protéger. Je le faisais à l’école, en mettant des masques. J’étais une de ces filles qui changeaient de groupe parce que je n’appartenais à rien. Le lundi, je traînais avec les patineurs, le mardi avec ceux qui fumaient de l’herbe. J’ai toujours adapté et utilisé des masques.

Vous avez aussi travaillé avec Damon Lindelof pour The Leftovers. Qu’est-ce qui vous a attirée vers sce projet?

King: En tant qu’actrice, tu espères avoir autant de rôles différents que possible. Tu ne veux pas que les gens disent : “La revoilà dans le même rôle.” Si tu as déjà joué quatre fois, tu veux que chacune de ces femmes soit différente. Mais quand j’ai eu ce script… Oui, c’était quelque chose que je n’avais jamais eu avant. Je n’ai jamais été capable de jouer quelqu’un comme Angela non plus.

Blade Runner comme source d’inspiration

Nicole, comment vous-êtes vous impliquée?

LOS ANGELES, CALIFORNIA – OCTOBER 14: (L-R) Nicole Kassell, Damon Lindelof, and Regina King attend the premiere of HBO’s “Watchmen” at The Cinerama Dome on October 14, 2019 in Los Angeles, California. (Photo by Rodin Eckenroth/FilmMagic)

Nicole Kassell: J’ai travaillé avec Damon sur deux saisons de The Leftovers, donc on se connaissait très bien. J’ai été déçue quand cette série s’est terminée, alors quand j’ai appris qu’il travaillait sur Watchmen, je lui ai envoyé un e-mail en écrivant simplement: “Je dois juste dire: je veux le faire.”

Je n’étais pas la seule candidate, mais j’ai commencé à lui parler et à lire le scénario. J’ai lu le scénario à Charlottesville, quelques mois après qu’un partisan d’une manifestation d’extrême droite ait foncé en voiture dans une foule de contre-manifestant . Je viens de là aussi, donc ce que j’ai lu dans le scénario m’a plu et m’a semblé reconnaissable. C’était ma façon de contribuer à la conversation. Finalement, j’ai réalisé trois épisodes (le premier, le deuxième et le huitième) et je fais aussi ma part en tant que productrice exécutive. Cela signifie aussi que j’ai été capable de contribuer à ce à quoi les Watchmen allaient ressembler.

Il y a des aspects du show qui ont une esthétique davantage kitsch, d’autres élémentssont futuristes. Où avez-vous puisé votre inspiration?

Kassell: J’ai commencé par le matériel source. Il était déjà dit que Robert Redford serait président, que nous aurions des voitures électriques, que le réchauffement climatique ne serait pas un problème, que nous n’utiliserions pas de plastique, que le Vietnam serait le 51e État des États-Unis et que nous aurions donc un nouveau drapeau. Et je savais déjà que je ne voulais pas le rendre lumineux. Je ne voulais pas faire une BD ou une caricature. Je voulais plutôt prendre la réalité comme base et des films comme Blade Runner ou Le Fils de l’Homme m’ont inspirée. J’ai adoré la façon dont le monde représenté dans ces films est si différent, mais en même temps si réel.

“Est-ce féministe? Absolument!”

Regina, le racisme n’est pas un sujet inconnu pour vous dans des travaux antérieurs, mais ici, elle a été abordée historiquement. Que pensez-vous que ce spectacle et votre personnage peuvent ajouter?

HBO

King: Je crois vraiment que nous sommes tous dans une zone grise. Que nous avons tous de bonnes intentions, mais parfois nous découvrons que ce qui à un certain moment semblait être le bon choix s’avère ne pas l’être. Quand les gens me disent : “Tu es une si bonne mère et ton fils est si grand”, je me dis : “Attends, en thérapie, il va parler de telle ou telle situation dans laquelle j’ai décidé ceci ou cela”. Même avec les meilleures intentions du monde.

Angela elle-même porte des masques pour cacher la douleur émotionnelle, le traumatisme. Même si elle ne l’admettra jamais elle-même si vous lui en parlez. L’histoire d’Angela est l’histoire d’une famille qui a des liens avec la police et qui doit aussi composer avec le racisme, un miroir parfait de ce à quoi on peut assister en ce moment.

HBO

Neuf chances sur dix qu’en ce moment – alors que nous sommes assis ici – vous puissiez trouver une déclaration insultante sur les médias sociaux qui parle de race ou de sexe, venant d’une personne dans une position politique puissante. Ce n’est qu’une partie de ce qui fait l’Amérique aujourd’hui. Je suis reconnaissante à Damon d’avoir utilisé le massacre de Tusla comme une entrée dans l’histoire de notre pays.

Il y a des femmes formidables dans ce spectacle. Je ne dis pas qu’il n’a pas de grands rôles masculins, mais n’est-ce pas un peu féministe pour vous ? Vous prenez vraiment les devants dans cette série.

HBO

King: Je ne l’avais jamais vu de cette façon auparavant, mais si c’est ce que vous en avez pensé, alors bien sûr que je suis heureuse. J’espère simplement que les gens regarderont les neuf épisodes et en retireront quelque chose. Si ce sont les rôles forts des femmes pour vous : génial!

Kassell: Je pense qu’il faut y penser, parce que Regina est très en vue sur l’affiche en tant que femme afro-américaine dans une série intitulée Watchmen, qui traite des superhéros. Alors, c’est féministe? Absolument! Était-ce là l’intention première ? Non. Mais c’est ce qui est si bien.

King: Damon est un féministe. Je pense juste que c’est venu avec lui très naturellement. C’est sa façon de penser.

Kassell: Toute la discussion sur le genre… Je suis une femme cinéaste, mais je suis avant tout une cinéaste. Il y a des scènes d’action dans Watchmen que j’ai filmées. Est-ce que c’est masculin? Pourquoi faut-il tout étiqueter comme ça?

King: C’est dur pour moi de ne pas regarder cette affiche, je la vois vraiment partout. (rires) Mais je dois dire : j’ai l’air d’une dure à cuire. Je dois vraiment m’en procurer une copie !

Chaque dimanche soir, il y aura un nouvel épisode de Watchmen sur Be TV. Le premier peut déjà être visionné. Il y aura neuf épisodes au total.

Articles sponsorisés