Left Right
scrollTop top

La côte turque confrontée à un gros problème: elle est complètement recouverte de boue et ça ne fait qu’empirer


© © AA

Depuis plusieurs mois, les pêcheurs turcs en mer de Marmara sont confrontés à un gros problème: impossible d’attraper le moindre poisson. Tout ça à cause de ce qu’on appelle communément de la « morve de mer », oui ce n’est pas très sexy. C’est une substance visqueuse et épaisse qui flotte à la surface et qui perturbe énormément la pêche locale. Et ce n’est que le début.

La morve de mer (miam miam) est un terme désignant la matière organique visqueuse trouvée dans la mer. Cette substance ressemble à de la gelée mais n’est heureusement pas dangereuse, bien qu’elle puisse attirer son lot de bactéries et virus. Par contre, elle peut former une couverture hermétique qui étouffe la vie marine, entrainant la mort de millier de poissons.

Selon les scientifiques, cette boue n’est pas un phénomène nouveau mais la hausse des températures de l’eau et le réchauffement climatique pourrait le rendre bien plus fréquent. La pollution, le ruissellement agricole et des eaux usées contribuent également à la formation de cette morve repoussante.

À l’heure actuelle, les niveaux élevés d’azote et de phosphore dans la mer de Marmara, située entre la mer Noire et la mer Égée, entraînent une explosion des populations de phytoplancton qui causent la morve de mer. En avril, des biologistes ont remarqué que cette boue recouvre et étouffe les coraux des fonds marins, a plus de 100 pieds (environ 30 mètres) sous la surface de l’eau. Dans plusieurs villes côtières turques, des milliers de poissons sont morts depuis la formation de cette couverture de morve.

La situation est devenue plus difficile à ignorer depuis que ce phénomène s’est approché d’Istanbul. De leur côté, les pêcheurs qui luttent pour leur survie tirent la sonnette d’alarme depuis des mois. L’un d’eux a déclaré au journal turc Cumhuriyet qu’il ne pouvait plus travailler depuis janvier car la vase rend ses filets inutilisables. Même chose pour un plongeur qui chasse les escargots de mer pour gagner sa vie: la visibilité est trop mauvaise et la plupart des crabes et hippocampes sont morts à cause de la boue qui obstrue leurs branchies.

Les craintes du secteur du tourisme

Les experts ont bien souligné que les déchets agricoles non traités finissent directement dans la mer de Marmara, et s’attaquer à ces sources de pollution aiderait à réduire les niveaux d’azote et de phosphore. La pêche intensive pourrait également jouer un rôle, car le phytoplancton se voit dépourvu de tout autre ennemis naturels.

En tout cas une chose est sûre, l’inquiétude grandit à tous les niveaux. En effet, cette boue pas vraiment ragoutante pourrait décourager les touristes de venir passer leurs vacances en Turquie quand le pays rouvrira ses portes. Des responsables à Istanbul ont annoncé plus tôt ce mois-ci qu’ils travaillaient avec le gouvernement turc et l’université Bandırma Onyedi Eylül pour trouver une solution à cette crise. Dans la ville côtière d’İzmit, les travailleurs ont laborieusement collecté plus de 110 tonnes de boue, qui ont été envoyées dans un incinérateur pour élimination. Mais cela ne semble pas être une solution à long terme.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…