Jeff Bezos présente son alunisseur “Blue Moon” et lance une nouvelle course à l’espace contre SpaceX et la NASA

Jeff Bezos présente son alunisseur “Blue Moon” et lance une nouvelle course à l’espace contre SpaceX et la NASA

Le patron d’Amazon, Jeff Bezos, concrétise ses ambitions spatiales en dévoilant l’alunisseur «Blue Moon» de sa société Blue Origin. Avec cet engin, Bezos espère atterrir sur la lune en 2024. Tiens, quelle “coïncidence”: le vice-président américain Mike Pence vient d’annoncer que les États-Unis veulent retourner sur la lune en 2024. Cela annonce une nouvelle «course dans l’espace» entre SpaceX d’Elon Musk, Blue Origin de Bezos et bien sûr la NASA. 

Le PDG d’Amazon Jeff Bezos a présenté son tout premier alunisseur baptisé Blue Moon au Washington Convention Center, dans la capitale des États-Unis. “C’est un véhicule incroyable et il ira sur la lune” a directement annoncé l’homme le plus riche du monde.

Blue Moon a été conçu pour transporter non seulement des astronautes mais aussi des véhicules et tout un tas d’autres équipements pour commencer à organiser la vie sur le satellite naturel de la Terre. En tout, ce moyen de transport du futur pourra transporter 6,5 tonnes d’équipements jusque la Lune. Not bad.

Bezos versus Musk versus NASA

La présentation a commencé par des images d’Apollo 11, avec lequel Neil Armstrong, Edwin “Buzz” Aldrin et Michael Collins ont été les premiers à s’être posés sur la lune en 1969. Et Bezos n’a pas montré tout cela pour des raisons sentimentales ou patriotiques, loin de là.

Car oui, toute cette présentation est loin d’être anodine. Le vice-président américain, Mike Pence, a annoncé il y a plus d’un mois que les États-Unis voulaient atterrir à nouveau sur la lune en 2024. Tiens tiens tiens.

“Nous pouvons aider à tenir ce délai, mais seulement parce que nous avons commencé à travailler il y a trois ans”, a déclaré Bezos. Avec cette déclaration, le fondateur d’Amazon montre clairement qu’il veut atteindre le projet d’atterrissage lunaire mis en place par le pouvoir américain.

La NASA est sur le coup mais c’est plus compliqué

Un tel voyage dans l’espace coûte des dizaines de milliards de dollars et la NASA vient de réaliser d’énormes économies au cours des dernières décennies. “Le défi est accepté”, avait toutefois commenté Jim Bridenstine, PDG de la NASA, sur Twitter après l’annonce de Pence. Le vice-président avait d’ailleurs révélé qu’il privilégierait une institution fédérale face à des entreprises privées. Pourtant, la NASA n’a toujours pas annoncé de budget ni de plan pour répondre aux ambitions spatiales.

Mais il faudra également compter sur SpaceX, l’entreprise détenue par Elon Musk. Cette société se porte extrêmement bien ces dernières années et est hyper active à tous les niveaux. Par exemple, SpaceX a aidé Israël à développer et envoyer une sonde sans pilote sur la lune au début de l’année. On risque donc d’assister à une course à la Lune à l’ancienne. Sauf qu’ici, ce ne sont pas les Américains contre les Russes mais une sorte de Battle Royale entre entreprises privées et fédérales.

1 milliard de dollars par an

Tout comme SpaceX, Blue Origin est une société spatiale privée appartenant à Bezos, dont les actifs sont évalués à 137 milliards de dollars, soit environ 122 milliards d’euros. Il finance Blue Origin en vendant chaque année 1 milliard de dollars, soit environ 890 millions d’euros en actions Amazon.

Pour Bezos, la création d’une colonie lunaire est une mission importante pour l’humanité. “L’une des choses les plus importantes que nous savons à propos de la lune, c’est qu’il y a de l’eau. C’est de l’eau glacée qui se situe au pôle sud de la Lune. Or, l’eau est une ressource incroyablement précieuse.” Le but sera donc d’atterrir dans cette zone et de se servir de l’eau pour créer de l’hydrogène et ainsi créer du carburant pour permettre aux Hommes d’explorer le système solaire.

Moteur à hydrogène

Car oui, Bezos a également déclaré avoir mis au point un nouveau moteur pour le «Blue Moon», le BE-7. Les premiers tests continueront cet été mais ce qui est sûr, c’est qu’il fonctionne entièrement à l’hydrogène liquide.

“Nous utilisons de l’hydrogène liquide car nous pourrons ravitailler les véhicules à la surface de la lune. Ce que je propose aujourd’hui, c’est une vision à très long terme. Ce projet ne sera pas réalisé par une seule génération. Nous devons inspirer les générations futures” a déclaré Bezos.

EPA

Articles sponsorisés