Ça se passe encore en 2017: des milliers de Chinois ont assisté à la condamnation à mort de 10 personnes

Ça se passe encore en 2017: des milliers de Chinois ont assisté à la condamnation à mort de 10 personnes

Des milliers de Chinois ont assisté à la condamnation à la peine de mort de dix personnes coupables de faits liés à la drogue. L’événement était public, dans un stade de sport. Certains en ont même profité pour sortir leurs smartphones pour ne rater aucune miette de la scène.

En Belgique, la peine de mort a été abolie officiellement en 1996, mais la dernière exécution capitale remonte à 1918. Si cette sentence nous paraît aujourd’hui archaïque et bestiale, elle reste encore appliquée dans 57 États, tels que l’Arabie saoudite, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Iran, l’Irak, la Biélorussie, Cuba, les États-Unis, la Corée du Nord, le Japon, ou encore la Chine.

En Chine, justement, une peine capitale a été prononcée à l’encontre d’un groupe de dix personnes, samedi à Lufeng, dans la province du Guangdong, à 160 kilomètres de Hong Kong tout au sud du pays. Si ce genre de fait est courant, c’est tout le caractère événementiel autour qui est plus surprenant. En effet, des milliers de résidents de la province ont pu assister à la condamnation des prévenus, rapporte les médias chinois relayés par le correspondant en Chine du Guardian Benjamin Haas. Et tout cela, en direct dans un stade de sport de la ville.

Smartphones en l’air pour filmer la scène

Quatre jours avant la décision judiciaire, les habitants ont été invités via un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux. Le jour j, les accusés ont été emmenés au stade dans des camions de la police. Sur place, ils ont été forcés à monter, un par un, sur une petite plateforme pour entendre leur sentence publique, en témoigne la vidéo du procès.

Dans la foule qui appréciait le “spectacle”, il y avait même des étudiants en uniforme scolaire, selon des rapports cités par les médias chinois. Certaines personnes se tenaient debout sur leurs sièges, d’autres poussaient pour se faufiler jusqu’au centre du terrain, et quelques-uns encore brandissaient leurs smartphones pour filmer l’événement. Pour n’en rater aucune miette.

À la fin, les dix condamnés ont été emmenés plus loin, pour être exécutés immédiatement après. Heureusement pas sous les yeux des habitants. Sur les dix, sept avaient été reconnus coupables de crimes liés à la drogue, par un tribunal chinois un peu plus tôt. Les trois autres avaient été reconnus coupables de meurtre et de vol.

The Paper

2.000 exécutions capitales en 2016

Cela reste une réalité, la Chine exécute chaque année plus de personnes que ne le fait le reste du monde. Mais dans le plus grand des secrets, puisque les chiffres exacts ne sont jamais publiés par l’État. Selon les estimations de la Fondation Dui Hua (une ONG qui milite pour les droits de l’homme aux États-Unis), ce sont près de 2.000 exécutions qui ont été organisées, rien que l’année dernière. C’est mieux que les 12.000 estimées en 2002, mais cela reste 2.000 de trop.

La peine de mort est prononcée pour toute une série de crimes, même lorsqu’il n’y a pas eu d’acte de violence. Cela va du trafic de drogue, aux vols, en passant par les crimes économiques.

Néanmoins, les procès publics, tels que celui-ci, étaient de plus en plus rares, mais semblent revenir en force ces dernières années. C’est un gros retour en arrière.

Articles sponsorisés