Plus de vie privée en Chine: les résidents sont forcés d'installer une appli visant à les espionner

Dans la lutte contre le terrorisme, la Chine va loin. Elle vient d'imposer à ses résidents d'installer une application "espion" visant à les surveiller via leur smartphone. Gare à eux si ils pensent pouvoir y échapper: si un citoyen n'obéit pas aux ordres, il risque d'être détenu pendant plus de 10 jours. Grâce à cette appli, le gouvernement pourra dès à présent surveiller les moindre faits et gestes de la communauté musulmane. 

Les habitants de Xinjang, dans le nord-ouest de la Chine, ont reçu un ordre très strict des autorités il y a quelques jours via la messagerie WeChat. Le message leur ordonnait d'installer l'application Jingwang, une application destiné à surveiller la population et plus particulièrement le peuple turcophone et musulman sunnite, qui représente plus ou moins 45% de la population totale de la région.

Gros nettoyage du web en Chine

Alors que la Chine censurait l'utilisation de WhatsApp il y a une semaine à peine, cette appli-ci vise quant à elle à détecter les contenus illégaux et terroristes. Les utilisateurs d'Androids ont ainsi été invités à scanner un QR code pour la télécharger.

Dans le cas où des contenus à caractère religieux, illégal ou jugés terroriste seraient repérés, les utilisateurs concernés devront les supprimer.

Le gouvernement contrôle tout

Concrètement, l'application scanne les données des téléphones et les fait correspondre avec la base de données du gouvernement afin de savoir si les contenus relèvent ou non du terrorisme.

Mais ce n'est pas tout, Jingwang collecte également toutes les autres données de leur téléphone: les identifiants WeChat et Weibo, le numéro de série du smartphone, les données de la carte SIM et les connexions Wifi. Bref, tout est sous contrôle, y compris la vie privée des chinois.

10 jours de prison s'ils n'installent pas l'appli

Si l'idée d'y échapper leur traversait l'esprit, le gouvernement ne l'entend pas de cette oreille: tout citoyen qui n'installerait pas ou supprimerait l'application se verrait soumis à une détention de 10 jours. Cette nouvelle initiative ne fait que de resserrer l'étau autour de la communauté musulmane. Si le port du voile, de la burqa et de la barbe longue étaient déjà interdit, il ne manquait qu'une chose: l'atteinte à leur vie privée.

Déjà lu?