Attaque à la camionnette-bélier à Toronto: ce que l’on sait sur l’auteur présumé des faits

Attaque à la camionnette-bélier à Toronto: ce que l’on sait sur l’auteur présumé des faits

L’attaque d’un véhicule-bélier à Toronto hier après-midi a fait 10 morts et 15 blessés au centre de la plus grande métropole canadienne. Un drame qui semble clairement délibéré mais qui selon les autorités, semble être un “acte isolé”. Voici ce que l’on sait sur le conducteur de la camionnette. 

Le Canada est en plein deuil depuis hier après-midi. Vers 13 heures 26, heure locale, une camionnette fonce dans la foule au coeur de la ville de Toronto. L’auteur des faits a fait 10 morts et 15 blessés avant d’être arrêté et identifié par la police 26 minutes après que l’alerte du drame soit donnée à la police. Il s’agit d’un homme âgé de 25 ans, du nom de Alex Minassian, inconnu des services de police jusqu’alors. L’auteur présumé est originaire de Richmond Hills, en banlieue nord de Toronto. Sur son compte LinkedIn, il se présente comme étant un étudiant en informatique au collège Seneca à North York, un quartier du nord de Toronto.

Pas armé

Au moment de son interpellation, l’homme en question brandissait un objet dans la main gauche et faisait face avec agressivité à un policier armé. Rapidement, il a été menotté au sol et ce n’est que plus tard que Mark Saunders, le chef de police de Toronto a confirmé qu’il ne s’agissait pas d’une arme à feu.

Un acte “désespéré”

Quelques minutes avant la tragédie, Alek Minassian a publié sur sa page Facebook un message troublant et confus, qui fait notamment l’apologie d’Elliot Rodger, l’auteur de la tuerie de Santa Barbara survenue le 23 mai 2014, en Californie. Le reste du message demeure nébuleux, mais Minassian semble se décrire comme un “soldat d’infanterie”, comme le relaye Tva Nouvelles. Il aurait également fait allusion à son “célibat”, causé par le fait que les femmes rejetteraient ses avances.

Si cet acte “semble clairement délibéré”, selon les termes de Mark Saunders; le premier ministre Justin Trudeau parle quant à lui d’un acte “insensé”. Les autorités privilégient la thèse d’un acte isolé ne visant pas la “sécurité nationale” et qui ne serait pas lié au terrorisme. Pour sa part, l’ex-sergent de la Sûreté du Québec Jean-François Brochu pense que “la maladie mentale peut avoir amené cet individu-là à commettre ce geste-là, avec une intention terroriste.”

Voici une vidéo de l’arrestation du chauffeur:

Articles sponsorisés