Après les État-Unis, l’Inde s’attaque aux cigarettes électroniques et l’interdit sur tout le territoire

Getty

Sale temps pour la cigarette électronique. Il n’y a pas qu’aux États-Unis qu’elle est mise à l’écart. En Inde, on a pris la décision d’interdir la vente, la production et la distribution de ce produit sur tout le territoire.

On parle beaucoup de la clope électronique en ce moment. Aux États-Unis elle devient progressivement persona non grata car accusée d’être bien trop populaire chez les ados qui deviennent accro trop tôt à la nicotine. Plusieurs villes l’ont déjà complètement interdite comme San Francisco et New York et ce genre de mesure s’étendra bientôt à tout le pays.

Mais en Inde, un pays peuplé de 1,3 milliard d’habitants, les autorités ont décidé d’être aussi sévères que les américains vis à vis des “vapoteuses”. Le gouvernement a donc annoncé ce mercredi qu’il interdisait la cigarette électronique à des fins sanitaires mais également pour lutter contre les problèmes d’addiction. Ainsi, il sera interdit de produire, d’importer, d’exporter, de transporter et de stocker des cigarettes électroniques et tous les autres produits liés à l’appareil.

Grosses amendes au programme

Attention, on ne rigole pas avec les lois en Inde. En effet, les amendes seront très salées pour les personnes décidées à continuer le “vapotage”. La première infraction sera passible d’un an de prison et d’une amende de 100.000 roupies soit 1.270 euros. Et en cas de récidive, il faudra avoir un bon avocat pour s’en sortir: on risque jusqu’à 3 ans de prison et 500.000 roupies d’amende ce qui représente 6.300 euros.

Le but de cette mesure est comme on l’a dit de lutter contre toutes les formes d’addiction qui sévissent dans ce gigantesque pays. Mais c’est aussi l’occasion “d’améliorer la politique de contrôle du tabac, donnant de meilleurs résultats en termes de santé publique” selon le gouvernement.

C’est l’occasion de rappeler que l’OMS a déclaré la cigarette électronique comme “incontestablement nocive” sans être toutefois capable de prouver que les substances inhalée par le “vapoteur” sont bel et bien dangereuses. Si pour beaucoup la cigarette électronique a permis de faire une croix sur la cigarette, elle devient de plus en plus décriée et on peut s’attendre à ce que d’autres pays imitent l’Inde et les États-Unis.

Protéger l’industrie

Mais il est possible que cette nouvelle loi serve un autre objectif: protéger l’industrie du tabac indienne qui pèse des milliards d’euros. Il faut savoir que dans ce pays, on estime que 45,7 millions de personnes sont dépendantes de la cigarette. Ainsi, l’Inde est le deuxième pays au monde en termes de consommation de tabac. Elle exporte d’ailleurs pour plus d’un milliards de dollars de tabac chaque année et l’Etat indien possède des parts dans les industries du tabac.

Alors, cette nouvelle loi interdisant les cigarettes électroniques pourraient pousser les consommateurs à se tourner vers la cigarette traditionnelle, ce qui ferait finalement les affaires de l’Etat.

Articles sponsorisés