Alabama: la femme accusée d’homicide involontaire après avoir fait une fausse couche a été acquittée

Marche en protestation à la loi la plus restrictive anti-avortement passée en Alabama, qui devrait être officialisée en Novembre (Photo by Julie Bennett/Getty Images)

Marshae Jones, accusée d’homicide involontaire après avoir subi une fausse couche alors qu’elle était enceinte de 5 mois, a été acquittée par la justice de l’Alabama. Mais son cas pourrait ne pas être le dernier.

L’histoire avait fait du bruit dans cette Amérique qui semble vouloir retirer le droit à l’avortement, pourtant inscrit dans la constitution depuis 1973. Une femme enceinte de cinq mois s’était retrouvée impliquée dans une altercation en Alabama et avait reçu une balle dans le ventre, entraînant inévitablement une fausse-couche.

Ce n’est pas le décès du foetus qui avait causé l’indignation, mais bien l’accusation portée à l’encontre de la mère: cette fausse couche constituait un homicide involontaire.

“La seule victime était l’enfant à naître”

Le portrait de Marshae Jones EPA-EFE/JEFFERSON COUNTY SHERIFF / HANDOUT HANDOUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

Le lieutenant Danny Reid, en charge de l’affaire Marshae Jones – du nom de la femme accusée – avait justifié le choix de la justice en ces termes: «L’enquête a montré que la seule réelle victime était l’enfant à naître. C’est la mère de l’enfant qui a initié et continué cette dispute qui a causé la mort de son enfant à naître».

Les défenseurs de cette décision avaient mis en avant le contexte de ce tir, qui était survenu alors que Marshae Jones se disputait avec une autre femme sur le sujet du géniteur du foetus. Ainsi, on considérait qu’elle s’était elle-même mise en danger, et avait donc mis en danger sa grossesse par la même occasion. Pour en rajouter une couche, rappelons que la femme qui a appuyé sur la gâchette avait été acquittée.

Le premier d’une longue liste de cas

L’Alabama venait alors d’annoncer l’une des lois anti-IVG les plus restrictives du pays: interdiction d’avorter, même en cas de viol ou d’inceste, sous peine de recevoir 10 à 99 années de peine de prison. Un foetus acquérait ainsi le rang de personne à part entière, et toute fausse couche était considérée comme homicide involontaire. Tout va bien.

Le cas de Marshae Jones, qui a heureusement été acquittée ce 3 juillet des accusations qu’elle avait reçues, est le symbole d’une longue série de procès qui pourraient advenir si la loi Alabamienne devient officielle en novembre.

En effet, même sans peines, une fausse couche voudra toujours dire devoir passer par la case justice et fournir des preuves de son innocence dans la mort du foetus. Une fantastique expérience, recommandable à toute femme qui vient de perdre un potentiel enfant. Ou de se prendre une balle dans le ventre. “Il n’y a ni gagnants, ni perdants dans cette affaire” a annoncé la procureure générale alors que les poursuites étaient abandonnées.

La procureure annonce sa décision.

Articles sponsorisés