Une marque de frites lance une pétition pour renommer les “French fries” en “Belgian fries” mais…

©EPA

Les frites, fierté de la Belgique depuis des temps immémoriaux. Pourtant, en anglais, on dit “French fries” et pas “Belgian fries”. Chose que l’entreprise Lutosa veut changer par le biais d’une pétition. Enfin, c’est surtout un beau coup marketing.

L’entreprise belge Lutosa, récemment rebaptisée Belviva, veut redonner ses lettres de noblesse à la Belgique. Comment? En faisant renommer les “French fries” en “Belgian fries”. Pourquoi pas après tout. Pour y arriver, la marque a lancé une pétition accessible ici.

“L’appellation “French fries” est presque une injure pour tous les Belges. Voilà pourquoi, il est temps de reprendre ce qui nous appartient et de changer “French fries” en “Belgian fries”. Nos frites sont notre fierté et il est grand temps de le faire savoir au reste du monde!” peut-on lire sur la page de la pétition. On ne va pas tourner autour du pot: c’est clairement un coup marketing pour faire parler de la marque qui a tout récemment changer de nom. Et qu’on se le dise, il serait vraiment très surprenant que la démarche aboutisse.

Patrimoine culturel

Selon Lutosa, 9 Belges sur 10 considèrent les frites comme faisant partie du patrimoine culturel national. Et d’ailleurs, l’UNESCO estime que les frites pourraient être éligibles au patrimoine mondial. Si Lutosa, enfin Belviva, lance cette pétition maintenant, c’est parce que ce 13 juillet coïncide avec le jour du “National French fry day” aux Etats-Unis. Et aussi parce que 6 Belges sur 10 soutiendraient cette appellation de “Belgian Fries”.

Seulement voilà, il faut se rendre à l’évidence…

Les frites françaises

Eh oui, on aimerait tellement que la frite soit belge vu notre expertise en la matière mais malheureusement ce n’est pas le cas. C’est en tout cas ce qu’expliquait Pierre Leclercq, historien de la gastronomie, au micro de La Première: “Dans les années 1780, des vendeuses de beignets frits s’installent sur le Pont Neuf à Paris. Elles auraient été les premières à avoir l’idée de plonger des tranches de pommes de terre dans une friture, probablement aux environs de 1800. Au début du 19e siècle, elles en vendent sur le Pont neuf, sur les quais de la Seine, Boulevard du Temple et aux alentours des théâtres”.

La pomme de terre frite devient ainsi le symbole de la cuisine populaire parisienne. Mais alors pourquoi attribue-t-on l’invention des frites à la Belgique? C’est grâce ou à cause des recherches de l’historien Jo Gérard qui est tombé par hasard sur un manuscrit de 1781 qui explique que des habitants de Namur et des alentours faisaient frire des pommes de terre en forme de petits poissons. Mais en fait, la frite en forme de bâtonnets arrive, toujours à Paris, en 1840.

Les Belges subliment les frites

Les frites sont donc arrivées chez nous en 1844, quand un immigré bavarois s’installe en Belgique et ouvre la première baraque à frites du pays après avoir appris la recette à Montmartre à Paris. Et quelques années plus tard, les Belges vont améliorer la recette en inventant la fameuse double cuisson, les moules frites et l’ajout de la mayonnaise.

Mais voilà, les frites sont bien nées à Paris et méritent donc l’appellation de “French fries” en anglais. Même si, on le sait très bien, on surpasse de très loin nos voisins quand il s’agit de s’en mettre plein la pense à base de pommes de terre cuites dans la graisse. Bon…Quelqu’un sait où se trouve la friterie la plus proche?

Articles sponsorisés