Une IA utilise des pénis pour lutter contre la censure de Google

Pour mettre en garde contre la prise morale des entreprises de la Big Tech, la Mozilla foundation et un studio néerlandais nommé Moniker ont créé une IA entièrement dédiée aux pénis.

Tu te souviens peut-être de Quick, Draw!, le Pictionary version Google qui laissait une intelligence artificielle tenter de deviner ce que tu étais en train de griffoner à la souris. Une technologie de pointe, qui au fil du temps a fini par réussir à identifier pas moins de 15 millions de dessins. Mais une iconographie, dessin incontournable des toilettes publiques, est nié par Google: le pénis.

Alors: non.

Censure du génital

Une forme de censure pour la Mozilla Foundation, qui lutte pour « préserver le choix et l’innovation sur Internet ». Pour encourager cette idée, la fondation a décidé de faire appel à un studio néerlandais, afin qu’il crée une intelligence artificielle capable de reconnaître les pénis. Et uniquement les pénis.

Ainsi, en dessinant une verge sur le site www.donotdrawapenis.com (très contre-intuitif), une voix féminine vous suggérera de dessiner ce qui semble être un balai de manière légèrement moins vulgaire, ou de rediriger votre attention vers un autre dessin. Si, au contraire, vous décidez de continuer à dessiner des zizis un peu partout, elle deviendra folle et commencera à supprimer vos oeuvres.

Oui, c’est rigolo, et vous avez peut-être eu un sourire stupide en lisant le mot “zizi”. Mais pour Roel Wouters, le porte parole de Moniker, le studio qui a développé cette technologie, les valeurs morales qui s’insèrent dans la technologie n’ont rien d’amusant: “Les repères moraux ne devraient pas être remis aux mains de la big tech”, a-t-il déclaré au média américain The Verge (bien nommé), avant d’ajouter: “Nous questionnons le fait que nous avons donné la responsabilité de nos structures morales en échange de services “gratuits” sans même nous en rendre compte. Ne trouvez-vous pas étrange que le règlement d’Instagram pour pouvoir partager des images soit imposé à tous les citoyens et toutes les cultures du monde?”

Il n’y a, effectivement, pas que Google et les pénis dans la liste des censures que nous imposent les géants de la Silicon Valley. L’interdiction du téton féminin dans les posts Instagram et Facebook a beaucoup fait parler d’elle, en alimentant le débat de la sexualisation des corps des femmes. YouTube est aussi connu pour pratiquer la démonétisation de toute vidéo abordant des thématiques LGBTQI+ ou d’éducation sexuelle, voire même qui abordent discriminations ou comportent un mot vulgaire. Tu peux en parler avec Gaelle Garcia-Diaz ou écouter La Chanson de la Démonétisation de Maxenss pour en avoir de beaux exemples.

Si tu te posais la question: oui, on a fait le test, et Quick, Draw! ne détecte pas non plus les seins et vulves. Mais il faut croire qu’il est plus simple de dessiner un organe génital masculin que féminin à la souris.

Articles sponsorisés