Tu ne l’as peut-être pas remarqué mais plusieurs billets de train sont devenus plus chers ce mois-ci

Tu ne l’as peut-être pas remarqué mais plusieurs billets de train sont devenus plus chers ce mois-ci

Depuis le 1er février 2019, la SNCB a modifié ses tarifs. Si le prix de certains abonnements a diminué, celui d’autres a augmenté. Et parfois, la différence peut être douloureuse.

Cette année encore, la SNCB a recalculé les tarifs de ses abonnements en fonction de ce qu’on appelle l’indice santé, un indice représentatif de l’inflation qui ne tient pas compte du tabac, de l’alcool et de l’essence. L’inflation sur base de l’indice santé est de 2%, selon l’office belge des statistiques (StatBel).

La société des chemins de fer belge a opté pour une adaptation annuelle moyenne de 0,69 %, “soit moins de la moitié de l’augmentation générale”, souligne Vincent Bayer, porte-parole de la SNCB. Mais derrière les pourcentages, on observe une réalité plus facile à calculer: certains abonnements sont devenus plus chers.

Les augmentations

  • Les abonnements scolaires ont augmenté de 1,18 %.
  • Le Go Pass 10 passe de 52 euros à 53 euros
  • Le Rail Pass passe de 77 euros à 83 euros (5 euros de différence)
  • La Key Card en deuxième classe augmente de 1 euro, passant à 24 euros

Attirer vers la 1ère classe

La SNCB n’a pas fait que des augmentations. Tu vois, ces wagons qui sont toujours à moitié vide mais dans lesquels tu ne peux pas t’asseoir? Oui, on parle bien de la 1ère classe.

La compagnie espère convaincre cette année plus de passagers à passer en 1ère classe. Pour cela, elle a réduit le prix d’un certain nombre de billets, là où, en 2ème classe, ce prix a augmenté.

C’est le cas de la Key Card, ce pass pour les trajets courts, qui passe de 35 à 31 euros. Les billets standard et week-end de 1ère classe seront également moins chers en 2019 qu’en 2018. Un billet standard pour une distance de 51 km coûtait 12,50 euros en 2018. Cette année, il est à 10,90 euros.

newsmonkey

Faire fuir la clientèle? Non

Du côté de la SNCB, on ne craint pas de faire fuir la clientèle avec ces augmentations. Les passagers possédant un abonnement continueront de voyager en train, estime-t-on. Par contre, la compagnie espère attirer une nouvelle clientèle – qui, à terme, pourrait passer aux abonnements – en baissant les prix des billets standards.

Les billets standards, ce sont les tickets pour un trajet dont le prix est calculé en fonction du nombre de kilomètres à parcourir. Ces billets-là sont dorénavant moins chers. Un geste qui vise à “promouvoir le train en tant que mode de transport durable auprès d’une catégorie de gens qui se déplacent occasionnellement”, poursuit Vincent Bayer.

Billet vélo

Un détail continuera de faire tiquer les amateurs de transports écologique – tel que la combinaison train-vélo. Ce détail, c’est le prix du Billet Vélo. Toute personne qui monte avec un deux roues non-pliable doit payer un supplément de 4 euros. L’année passée, ce supplément était de 5 euros. La réduction est notable, mais sur un trajet court, ce supplément fait toujours râler certains usagers.

Exemple: le trajet Bruxelles-Midi – Linkebeek dure onze minutes. Il coûte 2,70 euros. Prendre son vélo en train (+ 4 euros) a un coût deux fois supérieur à celui du voyage assis (6,70 euros au total). Même chose pour Soignies – Braine-le-Comte (5 minutes à 2,40 euros), Dinant – Anseremme (5 minutes, 2,40 euros), Auvelais – Ham-sur-Sambre (3 minutes, 2,40 euros) ou de nombreux autres trajets courts.

“On veut éviter les situations d’encombrement avec trop de vélo dans les espaces où les voyageurs doivent circuler pour descendre du train”, justifie le porte-parole. “On a un objectif de ponctualité qui est très important”. Quand tu paies 4 euros, tu paies “le complément du vélo qui t’accompagnes parce que c’est de la place en plus. C’est comme ça aussi à la STIB.”

Pour éviter ce genre de problèmes, la SCNB essaie de convaincre les usagers de laisser leur vélo à la gare. L’objectif d’intermodalité (favoriser l’utilisation de différents modes de transports) de la SNCB consiste à créer 50.000 places de parking vélos en gare d’ici la fin des quatre prochaines années. Mais celui qui prendra son VTT depuis Bruxelles pour aller faire un tour à la forêt de Soignes sera toujours lésé.

Articles sponsorisés