Trop lent, ce Brexit! Boris Johnson et ses amis lancent la campagne Change Britain pour accélérer le départ

Trop lent, ce Brexit! Boris Johnson et ses amis lancent la campagne Change Britain pour accélérer le départ

Les partisans du Brexit sont impatients de voir la Grande-Bretagne sortir de l’Union européenne. Ils ont donc monté la campagne Change Britain, avec à leur tête le secrétaire d’État des Affaires étrangères Boris Johnson. Pour eux, il n’y a plus de pro-EU ou de pro-Brexit: il ne reste plus que des “doers”, soit des faiseurs. Ce qui veut dire: sortons de l’UE une bonne fois pour toute.

Boris Johnson met la pression sur la Première ministre britannique Theresa May pour qu’elle accélère les procédures de sortie de l’UE. L’actuel secrétaire d’État aux Affaires étrangères de la Grande-Bretagne trouve que May est trop molle et il ne veut pas attendre jusque 2019 pour voir un changement.

Johnson a donc apporté tout son soutien à la campagne Change Britain, lancée par la députée Gisela Stuart. Cette campagne a pour but d’aller de l’avant: ce qui veut dire en finir avec les hésitations sur la sortie de l’UE ou sur la façon dont la Grande-Bretagne va rester en contact avec ses partenaires financiers voisins. Change Britain n’a qu’un message: faisons-le.

Brexit = trop lent

On le sait, Theresa May a toujours penché du côté des remainers, ceux qui voulaient rester dans l’UE. Il n’y a pas si longtemps, on apprenait d’ailleurs que la Première ministre traînait à mettre en place ce Brexit car, elle ne savait pas comment procéder. Un cabinet a été mis en place pour adapter les nouvelles lois et les nouveaux règlements, mais ça prend du temps.

Dans son spot de campagne pour Change Britain, Boris Johnson parle de ne plus être dépendant de Bruxelles et des institutions européennes mais de renouer le contact avec le monde entier. Il veut restaurer le contrôle de la Grande-Bretagne sur “nos lois, nos frontières, notre argent et notre commerce.” Pour lui, “quitter l’Union européenne ne signifie pas quitter l’Europe.” Ils resteront en contact avec “nos alliés les plus proches.”

Suite aux pressions de Johnson, Theresa May envisagerait actuellement avoir recours à l’article 50 du Traité de Lisbonne, a-t-on appris de l’ancien secrétaire de la Culture John Whittingdale. L’article 50 déclenche le processus formel de sortie de l’UE en quelques semaines plutôt qu’en de nombreux mois.

Sources: The Guardian, Change Britain

Articles sponsorisés