Sois sensible et tout ira mieux: pleurer une fois par semaine est bon pour la santé

Sois sensible et tout ira mieux: pleurer une fois par semaine est bon pour la santé

Cesse de jouer les gros durs quand te monte l’envie de chialer car pleurer un bon coup serait bénéfique pour ton corps. C’est la thèse défendue par un professeur japonais et enseignée par ce dernier dans les écoles et les entreprises. Une idée également soutenue par plusieurs études universitaires.

Tu te sens mal quand tu éclates en sanglot devant une intense comédie-romantique? Tu bloques tes glandes lacrymales lorsque, au détour d’une pirouette scénaristique, le réalisateur d’un film est parvenu à t’émouvoir profondément? Ne le fais plus. Lâcher régulièrement un bon seau de larmes serait l’un des nouveaux secrets de la longévité.

C’est le message que transmet Hidefumi Yoshida aux entreprises et aux écoles. Cet ancien professeur japonais du secondaire et autoproclamé « professeur de larmes » donne des conférences depuis près de six ans sur l’importance d’accomplir l’acte physique de pleurer. « Pleurer est plus efficace que rire ou dormir pour réduire le stress. Si tu pleures une fois par semaine, tu peux vivre une vie sans stress », a-t-il expliqué au Japan Times.

iStock

Japon, champion du suicide

Le travail de Yoshida est loin d’être anodin. Le Japon est le troisième pays au monde dans la liste des nations ayant le plus haut taux de suicide, derrière la Corée du Sud et la Russie. L’une des causes premières du suicide est la dépression. Et la dépression est souvent causée par le stress.

Selon des chiffres publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 90% de ceux qui tentent de se suicider souffrent de dépression. Ce n’est qu’assez récemment que la dépression est sortie de la sphère psychiatrique pour rentrer dans l’usage courant. Et commencer à être considérée comme une véritable maladie à risque.

En 2015, le Japon a décidé d’obliger les entreprises de plus de 50 employés à mettre en place un programme de contrôle du stress. Cette prise de conscience a permis de réduire le taux de suicide du pays. Depuis que ce programme a été mis en place, Yoshida a reçu un très grand nombre d’invitations à donner des conférences dans des entreprises et des écoles.

Statista

Le coût de la dépression

En entreprise, la dépression des employés peut se traduire en une véritable perte économique. Dans une étude portant sur huit pays couvrant diverses cultures et divers PIB, des chercheurs de la London School of Economics and Political Science (LSE) ont déclaré en 2016 que la dépression coûterait collectivement au Brésil, au Canada, à la Chine, au Japon, à la Corée du Sud, à l’Afrique du Sud et aux États-Unis… plus de 246 milliards de dollars (215 milliards d’euros) par an.

Or, ce coût pourrait être évité avec une meilleure prévention de la dépression. L’un des meilleurs moyens de l’empêcher de survenir est simplement de pleurer abondamment. Lors d’une étude réalisée dans une trentaine de pays en 2008, la plupart des répondants ont admis se sentir mieux après avoir versé des larmes. Cette étude, réalisée par des chercheurs de l’Université de Floride et Tilburg, a également révélé que plus de 70% des cliniciens encourageaient activement leurs patients à pleurer.

Pleurer serait en outre bénéfique pour le corps car c’est un processus exocrine qui évacue des toxines présentes dans le corps humain. Tout comme déféquer, uriner, transpirer, ces processus libèrent l’organisme des substances chimiques que le corps produits en réponse au stress, expliquait le Dr. William Frey au New York Times. Et en plus, ça apaiserait le rythme cardiaque, ce qui libérerait des molécules de bien-être. Bref, ne retiens plus tes larmes.

Et pour soigner le stress, voici notre sélection des films tristes sur Netflix

giphy

Articles sponsorisés