« Sale chienne », « petite cochonne »: une campagne choc contre le sexisme s’invite dans les transports bruxellois et wallons

« Sale chienne », « petite cochonne »: une campagne choc contre le sexisme s’invite dans les transports bruxellois et wallons

La STIB, la SNCB et la TEC semblent plus motivés que jamais pour combattre le sexisme et le harcèlement envers les femmes. Une nouvelle campagne d’affichage va débarquer dans les transports bruxellois et wallons et ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère, en témoignent ces slogans chocs. 

« Sale chienne », « petite cochonne » ou « gros thon » sont des phrases que tu vas apprendre à lire tous les jours si tu es un navetteur. Ce sont en effet les slogans de la nouvelle campagne d’affichage contre les insultes sexistes dans les transports en commun. Cette campagne se base donc sur trois affiches aux slogans différents.

Chaque affiche montre une femme avec un animal dans les mains et l’insulte correspondant à la bête.

Double objectif

Financée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, cette campagne a pour but de calmer les hommes, encore trop grossiers bien sûr mais pas seulement. Le but est également de rappeler aux femmes la loi de 2014 punissant le sexisme. Trop peu de femmes portent plainte suite à des insultes alors que leur agresseur risque une amende de 50 à 1000 euros et d’un mois à un an de prison.

« Cette action s’inscrit dans le cadre du Plan intrafrancophone de lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales et entend lutter contre la banalisation du harcèlement des femmes dans l’espace public, tout en donnant une visibilité à la loi contre le sexisme. Elle répond également « aux recommandations formulées par quelque 80 associations de femmes lors de l’assemblée participative pour les Droits des femmes, Alter Égales, en décembre dernier », a commenté la ministre francophone de l’Égalité des chances Isabelle Simonis (PS). En espérant que cette fois-ci, le message finisse par rentrer.

Articles sponsorisés