Salah Abdeslam a bien été arrêté à la frontière après les attentats de Paris et pendant une demi-heure

Salah Abdeslam a bien été arrêté à la frontière après les attentats de Paris et pendant une demi-heure

On a longtemps dit que Salah Abdeslam était passé comme une fleur en revenant des attentats de Paris. Apparemment ce n’est pas le cas selon deux parlementaires français et belge qui font partie de la Commission d’Enquête. Salah aurait subi un contrôle d’une demi-heure à la frontière française!

Ce sont deux parlementaires qui participent à la Commission d’Enquête qui ont donné l’info au journal le Soir. Salah Abdeslam, Mohammed Amri et Hamza Attou ont bien été arrêtés en revenant des attentats de Paris le 13 novembre dernier. Ils ont subi un contrôle d’une demi-heure à Cambrai. Toutes les procédures auraient été utilisées, y compris un contrôle d’identité qui a duré de cinq à dix minutes. Mais la police française ne savait pas qu’Abdeslam était connu en Belgique pour radicalisation, une mauvaise communication plutôt qu’un mauvais boulot de la police.

Le troisième suspect des attentats de Paris relâché

Selon la DH, Lazez Abraimi, le troisième suspect arrêté à Bruxelles le 19 novembre après les attentats de Paris, a été libéré, sous conditions, par la juge d’instruction. Son avocat, Sven Mary, l’a confirmé au journal. L’homme était suspecté d’avoir conduit Salah Abdeslam à travers Bruxelles le 14 novembre et de l’avoir aidé dans sa cavale. Il reste inculpé d’association terroriste et de 132 assassinats terroristes.

Lazez Abraimi avait été arrêté sur dénonciation anonyme. Dans sa voiture, la police avait trouvé deux armes et du sang. Au final, les analyses ont prouvé que ce n’était pas le sang d’Abdeslam. Au niveau des armes, l’une était hors d’usage et l’autre ne pouvait être utilisée qu’avec des cartouches à blanc.

Source: Het Nieuwsblad, DH

Articles sponsorisés