Pourquoi le guacamole est au coeur d’une polémique aux USA et pourrait aussi l’être en Europe

Getty Images

Une polémique entoure le monde du guacamole, les restaurants tex-mex et les courgettes. Tu ne pensais jamais lire cette phrase et pourtant le scandale éclate aujourd’hui: le guacamole que tu as commandé avec ton brunch dimanche dernier était peut-être un mensonge.

En un an, le prix des avocats au cageot de 20 kilos a doublé aux USA. De 33$ en 2018, ils sont passés à 66$. Une différence de prix qui s’est faite ressentir parmi les restaurateurs. Si autrefois, une telle explosion signifiait parfois ne même plus mettre d’avocat à la carte jusqu’à ce qu’il soit à nouveau accessible, c’est aujourd’hui une technique qui peut coûter cher.

Calabacita, honteuse coupable

La demande d’avocats est telle que certains restaurants, au lieu de servir un guacamole honnête et 100% pur fruit, se sont mis à remplacer le guaca chéri par de la calabacita, une petite courgette mexicaine. Semblable à la texture, mais pas forcément au goût, la présence de ce légume déclenche une polémique aux USA.

Si certains restaurants déclarent tel quel que leur guacamole est contrefait et indiquent “mockamole” sur leur menu, d’autres ont été accusés de ne pas prévenir leurs clients quant à la recette utilisée.

Cette recette trompeuse a été révélée au grand jour par l’utilisateur @Karligrafia sur Twitter. Avec sa mission de lanceur d’alerte, il demandait alors en espagnol: “Quel âge aviez-vous lorsque vous avez appris que le guacamole des stands de tacos ne contenait pas d’avocat mais des courgettes cuites qui lui en donnaient la couleur et la texture?”

Tout s’est alors accéléré: des articles ont testé la recette afin de la comparer avec la réalité. L’apparence de cette supercherie est plus vraie que nature, comme tu peux le voir ci-dessous. Les Américains se rendent compte que toute cette histoire de guacamole falsifié est plus que probable.

À gauche, le vrai guacamole. À droite, le faux.

L’empire de l’or vert

En soi, c’était une catastrophe annoncée: le Mexique, qui fournit les Etats Unis, est soumis à une énorme crise de l’avocat depuis quelques années. L’industrie de “l’or vert” comprend à la fois une catastrophe écologique, avec 118.000 hectares rasés en 2016 pour la culture et une guerre de cartels qui tentent de se procurer cette denrée rare hors de prix.

En août 2018, José Luis Alvarez, pépiniériste mexicain, expliquait à la RTBF qu'”Il y a beaucoup de gens dont on ne sait pas vraiment d’où vient l’argent avec lequel ils achètent les terres et font les plantations. C’est un peu douteux cette histoire. Ça peut venir du trafic de drogues…”

Si on rajoute que Donald Trump aimerait bien taxer davantage les mexicains sur leurs produits d’importation, les USA risquent soit de finir par payer encore plus cher leur guacamole, ou bien de s’habituer au goût de la calabacita.

La calabacita va-t-elle débarquer en Belgique?

En Belgique, la situation n’est pas aussi terrible mais pourrait bien empirer. En Europe, les avocats sont en général fournis par l’Afrique du Sud, où 17.000 hectares sont utilisés pour la culture du fruit. Cependant, il y a eu cette année une baisse de 30% dans la récolte de 2018. Une situation considérée comme “très inhabituelle pour la période de l’année” par le site spécialisé FreshPlaza. Les prix sont aussi très élevés: entre 14 et 15 euros les 4 kilos.

En Belgique, “trop peu d’avocats sont actuellement présents sur le marché”, précise FreshPlaza. “Il y a tout simplement trop peu de marchandises disponibles pour répondre à la demande du marché et les prix sont donc élevés.” Ce ne sont certainement pas les calabacitas qui vont remplacer l’or vert en Belgique, mais il faut envisager que la pénurie d’avocats risque de toucher aussi le plat-pays, et l’Europe de manière générale.

Pendant ce temps, il y a une semaine, le record mondial du plus gros guacamole d’un poids de trois tonnes était atteint au Mexique. On espère qu’ils ont mis masse de citron dans leur recette, parce que s’il finit par s’oxyder avant d’avoir été dégusté en entier, on va voir vert.

Articles sponsorisés