” Parce que nous n’avons rien à cacher ” : le Nouvel An à Cologne, en chiffres

” Parce que nous n’avons rien à cacher ” : le Nouvel An à Cologne, en chiffres

Ralf Jäger, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales de Nord-Westphalie, a dévoilé devant le Parlement allemand les chiffres officiels des agressions commises à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre. Histoire de prouver qu’il n’y a “rien à cacher” à ce sujet.

Trois semaines après les faits, personne n’a digéré ce qu’il s’est passé à Cologne le soir du réveillon du Nouvel An. Mais pour couper court à toutes les polémiques, Ralf Jäger a souhaité publié les chiffres officiels sur les agressions commises ce soir-là.

Quinze demandeurs d’asile

En tout, 1049 victimes ont porté plainte, pas seulement pour des faits qui se sont produits à Cologne : les villes voisines de Düsseldorf, Dortmund et Bielfeld sont également concernées. Sur ces victimes, 80% sont des femmes, pour un total de 821 infractions, dont 359 infractions sexuelles avec dans 209 cas un vol. Des chiffres qui donnent froid dans le dos et qui pourraient être revus à la hausse car la police travaille sur d’autres plaintes. Bild, un tabloïd, a publié la liste complète des 821 infractions recensées.

30 suspects ont pour l’instant été identifiés. Tous sont des hommes d’origine nord-africaine, âgés entre 16 et 32 ans, et 25 viennent du Maroc ou d’Algérie. Quinze sont des demandeurs d’asile et deux sont mêmes mineurs. A signaler : aucun d’entre eux ne vient de Cologne, la moitié serait même des sans-domiciles fixes. Ce qui est inquiétant, c’est qu’un seul de ces suspects était enregistré dans les fichiers de la police.

Situation incontrôlable

Dans les fichiers présentés par Ralf Jäger, on en apprend aussi un peu plus sur le déroulement de la soirée. Les premières agressions ont eu lieu vers 20h30, avec un pic entre 23h00 et 01h30 : 52 femmes ont été violées entre 23h00 et 23h00. Malgré l’évacuation de la place, les agressions ont continué jusqu’au lendemain midi.

“Les fonctionnaires de police n’ont pas fait d’erreur cette nuit-là, ils ont tout donné, mais ils étaient trop peu nombreux et ne pouvaient rien faire devant cette situation incontrôlable”, a fait savoir Ralf Jäger. Du coup, les effectifs de police ont été renforcés à Cologne pour maintenir l’ordre et 11.160 policiers supplémentaires sont sur place. L’une de leurs missions est d’empêcher “les hooligans et les rockers” de se venger des Nord-Africains, peut-on lire dans le document présenté.

EPA

Articles sponsorisés